SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Butineurs du Jurassique

Tels des papillons, les kalligrammatidés butinaient le nectar des plantes et possédaient des ailes écailleuses richement décorées. Ces insectes qui côtoyaient les dinosaures ne partagent pourtant aucun lien de parenté avec les papillons. Joli exemple de convergence évolutive.

Vue d'artiste d'un kalligrammatidé

Il y a 150 millions d’années, vers la fin du Jurassique, il était sans doute courant de voir virevolter des papillons dans les airs, passant de plante en plante à la recherche de nectar. Sauf qu’à cette époque, les papillons n’existaient pas, pas plus que les plantes à fleurs : les insectes en question étaient des kalligrammatidés, un groupe aujourd’hui éteint, de la famille des chrysopes, qui se nourrissaient du nectar des plantes résineuses.

Les kalligrammatidés n’ont pas de lien de parenté avec les papillons. Pourtant, comme le montre une étude publiée dans Proceedings of the Royal Society, l’analyse d’une vingtaine de fossiles parfois vieux de 165 millions d’années, met en évidence des similitudes frappantes entre les deux familles d’insectes.

De nombreux fossiles, parfois vieux de 165 millions d’années, permettent d’étudier les caractéristiques des kalligrammatidés. Comme les papillons, ces insectes disposaient d’ailes écailleuses dotées d’ocelles.© The Royal Society Publishing

Comme les papillons, les kalligrammatidés possédaient sur leurs ailes des ocelles, des tâches circulaires en forme d’yeux. Un examen microscopique a également permis de mettre en évidence la présence d’écailles à la surface des ailes. Ces insectes possédaient aussi des pièces buccales en forme de tube, très semblables à la trompe des papillons. Certains insectes avaient même du pollen sur leurs faces.

Faux-semblants

Comment expliquer une telle ressemblance ? Il s’agit d’une « convergence évolutive » : occupant des niches écologiques très semblables, les deux familles d’insectes ont évolué dans les mêmes directions.

À gauche, un papillon moderne, à droite un kalligrammatidé.© The Royal Society Publishing

Il y a environ 100 millions d’années, les kalligrammatidés et les plantes dont ils se nourrissaient se sont éteints. L’apparition des plantes à fleurs a ainsi permis aux vrais papillons, ceux que nous connaissons aujourd’hui, de prendre leur essor. 

Retour en haut