SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Cartographie : quel est l'impact des activités humaines sur la planète ?

Pour la première fois, le Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) vient de publier un atlas sur les bouleversements de la surface de la planète depuis trente ans. Verdict sévère.

Une transformation plus rapide que jamais

L'homme a sans cesse transformé son environnement. Mais la croissance économique et démographique de ces trente dernières années a bouleversé la surface de la planète comme jamais auparavant. En comparant des photos satellites de plus d'une centaine de lieux sur Terre prises sur plusieurs décennies, le Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) démontre combien la présence humaine modifie le paysage, souvent de façon néfaste et irréversible.

Des côtes transfigurées

Les régions côtières représentent 20% des sols habitables sur la planète mais regroupent la moitié de la population mondiale et fournissent une grande part des ressources économiques et des échanges commerciaux. Conséquences : les côtes deviennent surpeuplées, surexploitées, et leur équilibre fragile est menacé.

 


Le Honduras est le deuxième pays producteur et exportateur de crevettes en Amérique latine après l’Équateur. Les deux images ci-contre montrent comment la multiplication des fermes et étangs à crevettes sont à l’origine de la disparition de nombreuses mangroves.

Une langue de terre s'est formée à l'embouchure du Fleuve Jaune © PNUE


Le Fleuve Jaune
(Huang he) prend sa source au Tibet et se jette dans la mer de Bohai, quelque 5000 kilomètres plus à l’est. Il transporte de nombreux sédiments, du fait des caractéristiques géologiques des terres qu’il traverse mais également des diverses constructions le long de ses rives.

Résultat : en vingt ans, une langue de terre de plusieurs centaines de kilomètres carrés s’est formée à l’embouchure.

 

Au Japon, la construction d’un barrage a transformé une baie en terres agricoles, bouleversant la biodiversité et mettant en péril l’activité de pêche.

Une déforestation sauvage

Il y a 8 000 ans, les forêts occupaient près de 50% de la surface des terres émergées. Aujourd’hui, elles ne couvrent plus que 28%. De 1990 à 2000, le taux de déforestation était de 94 000 km² par an.

La Finlande est le pays d’Europe le plus riche en forêts : 86% de sa superficie est recouverte d’arbres. Mais c'est également l'un des plus gros exportateurs de papier. Pour alimenter cette industrie du bois, les forêts sont décimées et des routes sont construites. 

L’urbanisation croissante des villes

Entre 1975 et 2000, la population urbaine est passée de 1,5 milliard à 2,8 milliards de personnes. Près de la moitié de la population mondiale habite aujourd’hui en ville. Parmi eux, 924 millions (31,6%) vivent dans des bidonvilles. Dans les trente prochaines années, ce chiffre pourrait passer à plus de 2 milliards.

La ville de Pékin compte aujourd'hui plus de 13 millions de Chinois © PNUE


Pékin
a connu un essor sans précédent ces trente dernières années. La photo ci-contre est prise en 1978, avant la réforme économique. On y voit des forêts (en vert foncé) et des champs (en vert clair, jaune ou rouge, selon les cultures). En 2000, le gris représentant les bâtiments de la ville a largement pris le dessus.

L'explosion de la mégalopole Mexico © PNUE


Mexico est probablement la ville qui grossit le plus vite au monde. En 1973, 9 millions d’habitants vivaient dans la capitale du Mexique. En 1999, il y avait 19,7 millions d'habitants. Sur ces images, on peut voir en rouge les frontières de la ville de 1910 à 1970.

Quand l'eau vient à manquer...

En l’espace de cent ans, la population mondiale a triplé et les besoins en eau par habitant ont été multipliés par six. Conséquence : les réserves sont surexploitées et deviennent insuffisantes. Environ 400 000 hectares de zones humides seraient détruites chaque année du fait des activités humaines, notamment de l’agriculture.

La mer d'Aral s'assèche © PNUE

 


Sur cette image, on peut voir le dessèchement de la mer d'Aral, en Asie centrale. Elle a perdu plus de 60% de sa superficie depuis 1973. Le responsable : l'homme, qui surexploite les terres pour la culture du coton.

La construction du barrage des Trois-Gorges en Chine © PNUE

Retour en haut