SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Cérès en vue !

Après Vesta, la sonde Dawn consacrera les prochains mois à l’étude de Cérès. Ces petits corps du Système solaire contiennent quelques-unes des clés de notre histoire.

Cérès photographié le 19 février 2015 par Dawn, à une distance de 45 000 km.© JPL/Nasa

Les astronomes du siècle passé les appelaient « la vermine du Système solaire » et se plaignaient des traînées disgracieuses que laissaient les astéroïdes sur les clichés à longue pose. Aujourd’hui, l’époque a changé. Les astéroïdes et autres « planètes naines » sont l’objet de l’attention des chercheurs. La raison ? Ces petits corps qui orbitent principalement entre Mars et Jupiter conservent une partie de l’histoire de la formation du Système solaire. Et c’est autour de l’un d’entre eux, Cérès, que la sonde américaine Dawn doit se satelliser le 6 mars 2015.

Une planète naine

Découverts au début du XIXe siècle, les astéroïdes sont littéralement innombrables. On estime leur nombre à plusieurs millions, allant de la taille d’un grain de poussière à celle d’un astre d’environ 1000 kilomètres de diamètre. Avec un diamètre d’environ 950 km, Cérès est le plus gros d’entre eux. Il est aussi considéré comme la plus petite « planète naine », et la seule orbitant entre Mars et Jupiter.

D'étranges taches blanches sont visibles sur ces clichés datés du 19 février. Sont-elles des plaques de glace, des geysers ? Il faudra attendre la satellisation de Dawn pour le savoir.

Les premières images envoyées par Dawn révèlent une surface saturée de cratères d’impacts. Certains de ces cratères, très brillants, pourraient être relativement jeunes ou s’être formés dans un terrain riche en glace.

Cérès est vraisemblablement issu d’une protoplanète, un embryon planétaire qui s’est formé il y a 4,57 milliards d’années dans la ceinture d’astéroïdes. Tandis que la majorité des protoplanètes ont été éjectées du Système solaire par Jupiter, ou sont entrées en collision entre elles pour former les planètes telluriques, Cérès aurait survécu relativement intact. Le spectre infrarouge de Cérès indique la présence de quantités significatives d’eau à l’intérieur de l’objet. Cette eau pourrait exister sous la forme d’un océan souterrain, ou, plus probablement, sous forme de glace mélangée aux roches.

Avant Cérès : Vesta

En juillet 2011, Dawn avait pu survoler Vesta, un autre objet massif de la ceinture d’astéroïdes. Vesta est un corps céleste oblong de 560 km de grand axe. Il est « différencié », c’est-à-dire que dans sa jeunesse, l’astéroïde a fondu et qu’il possède un noyau métallique.

La surface de Vesta est saturée de cratères d’impacts. Un énorme impact a altéré la forme probablement sphérique de Vesta. Ce cratère, nommé Rheasylvia, situé pratiquement au pôle Sud de Vesta, mesure plus de 500 km de diamètre. L’impact qui a formé ce cratère a éjecté de nombreux fragments. Certains sont aujourd’hui des astéroïdes à part entière, alors que d’autres fragments sont tombés sur Terre sous forme de météorites. Comme Vesta n’est pas de forme sphérique, il n’a pas été classé comme planète naine, mais comme astéroïde. Cette classification pourrait être revue dans les années à venir.

Quoi qu’il en soit, l’étude de Cérès, qui doit durer au moins jusqu’à la fin de l’été prochain, permettra de comprendre un peu mieux les mécanismes de formation du Système solaire.

Retour en haut