SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Brèves

De la glace carbonique probablement à l’origine des ravines martiennes

Des ravines martiennes, dont l'origine a été longtemps attribuée à l'action de l'eau liquide, seraient en fait générées par les effets de la glace de CO2 à la fin de l'hiver ou au printemps. Image les dunes du cratère de Russel (54.3°S-12.9°E) partiellement couvertes de glace de CO2.© NASA/JPL/University of Arizona

Depuis 2000, de nombreuses images envoyées par les caméras embarquées sur des satellites en orbite autour de la planète Mars alimentent l’imagination des chercheurs. La présence de ravines et de chenaux a suggéré pendant un temps la possibilité d’écoulements d’eau liquide sur la Planète rouge et par conséquent des lieux propices à la vie dans un passé proche. Mais cette hypothèse vient d’être remise en question par de récents clichés de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA montrant de nouveaux chenaux formés lors des saisons froides. À ces températures extrêmement basses, il est impossible que l’eau, même salée, puisse s’y écouler sous forme liquide. Mais une nouvelle hypothèse, publiée dans le Nature Geoscience du 21 décembre, vient d’être proposée grâce au travail d’une équipe de chercheurs du CNRS. Ils montrent, au moyen d’un simulateur numérique, que sous la glace de CO2 chauffée par le Soleil à la fin de l’hiver, d’intenses mouvements de gaz peuvent déstabiliser et fluidifier le sol. Ces phénomènes, sans équivalent sur Terre, peuvent aller jusqu’à produire des coulées semblables à celles générées par un liquide.

Source : CNRS, 21 décembre 2015

Retour en haut