SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Des œufs qui en disent long sur le vol des oiseaux

De l’autruche au colibri en passant par la poule ou le goéland, tous les oiseaux pondent des œufs. Leurs caractéristiques diffèrent donc beaucoup d’une espèce à l’autre. Mais selon quels critères ? Grâce à une étude inédite, des biologistes américains apportent à cette question un début de réponse.

Diversité d'oeufs d'oiseaux avec de variations de couleur, de taille, de forme, mis à disposition par The Western Fondation.© Frans Lanting

Ils sont gros ou petits, sphériques ou allongés, symétriques ou non… Les œufs des oiseaux présentent une grande diversité et, jusqu’à présent, seules quelques hypothèses non vérifiées permettaient d’expliquer ces variations. On suppose par exemple que si les oiseaux marins, comme le guillemot, pondent des œufs fortement asymétriques, c’est pour qu’ils ne puissent pas rouler hors du nid et se fracasser au pied de la falaise. On estime également qu’un œuf sphérique, comme celui de la chouette, permet d’économiser du matériau pour la coquille tout en garantissant sa résistance.

Mais pour vérifier ces hypothèses, une équipe de l’université de Princeton, aux États-Unis, a décidé de comparer près de 50 000 œufs issus d’environ 1400 espèces d’oiseaux en s’appuyant sur deux caractéristiques principales : l’ellipticité et l’asymétrie.

Une histoire de vol

Publié dans la revue Science du 23 juin, le résultat de cette analyse morphologique apporte de nombreux enseignements sur la formation des œufs et leur évolution. Entre autres constats, une chose étonnante apparaît : il existe de nombreuses variations au sein d’une même famille d’oiseaux. Chez les passereaux, par exemple, il existe à la fois des œufs quasi-sphériques et des œufs fortement asymétriques.

 

Tableau de représentation des oeufs en fonction de leur asymétrie et leur éllipticité © M.C. Stoddard

L’équipe scientifique fait ainsi le constat que la forme des œufs est avant tout associée aux capacités de vol des oiseaux. Les espèces les plus adroites dans les airs possèdent généralement des œufs allongés et asymétriques. Une telle forme permet sans doute à la femelle de préserver ses capacités musculaires et aérodynamiques, mais cette hypothèse reste à vérifier.

Source : www.eurekalert.org/jrnls/sci/emb_scipak/pdf/stoddard170623.pdf

Retour en haut