SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Des plumes de dinosaures encapsulées dans l’ambre

Piégées dans un morceau d’ambre, les plumes d’un jeune cœlurosaure permettent de préciser l'origine du plumage des oiseaux.

En ce jour de marché de l’ambre à Myitkyina, dans le nord de la Birmanie, la chance est au rendez-vous pour Lida Xing. Sur un étal, ce paléontologue du département des géosciences de l’université de Chine repère un morceau d’ambre bien intrigant. Et pour cause : après analyse, il s’avère qu’il contient des plumes fossiles de dinosaure vieilles d’une centaine de millions d’années dans un état de conservation inégalé !

Plumes provenant de la queue d'un jeune coelurosaure vieilles d'environ 99 millions d’années, prises dans de l'ambre.© Royal Saskatchewan Museum (RSM/ R.C. McKellar)

Cette découverte exceptionnelle apporte une contribution significative à la compréhension de l’origine des oiseaux, un mystère loin d’être éclairci car les paléontologues s’interrogent toujours sur les modalités du passage des premiers dinosaures à l’oiseau.

Lointain ancêtre

Grâce à l’analyse statistique de centaines d’espèces d’oiseaux disparus comparés à des fossiles de dinosaures, de récentes études avaient déjà montré les liens évolutifs reliant les dinosaures aux oiseaux. Mais l’analyse approfondie du fossile birman rapportée dans Current Biology du 8 décembre apporte des précisions sur la structure et l'évolution des plumes de dinosaures.

Un jeune coelurosaure, un petit dinosaure à plume carnivore, ancêtre lointain des oiseaux.© Cheung Chung-tat et Liu Yi

Les plumes retrouvées proviennent de la queue d’un jeune cœlurosaure, un petit dinosaure carnivore bipède qui ne volait pas vieux d’environ 99 millions d’années (crétacé supérieur). L’équipe a pu observer des détails inédits sur la spécificité de ses plumes, comme l’absence de canal bien développé, c'est-à-dire d'une structure linéaire au centre de la plume. Quant aux barbes et aux barbules, principaux niveaux de ramification des plumes actuelles, elles étaient déjà bien présentes il y a 100 millions d’années. 

© Royal Saskatchewan Museum (RSM/ R.C. McKellar)

Au cours de l’évolution, les barbes, déjà porteuses de barbules, ont donc peut-être fusionné pour constituer le rachis central. Sujette à débat, toujours, la fonction de telles plumes : ornement destiné à la séduction ? protection thermique ? Des recherches ultérieures permettront peut-être de le préciser... 

Retour en haut