SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Drôle d’atmosphère sur Gliese 1132b

On connaissait des planètes extra-solaires de taille terrestre, des planètes extra-solaires dotées d'une atmosphère... mais pas encore d'astre présentant ces deux caractéristiques simultanément. C'est aujourd'hui chose faite.

L'observatoire de La Silla, au Chili © J.-F. Salgado/Eso

L'exoplanète Gliese 1132b a été découverte en 2015 dans la constellation des Voiles, grâce au réseau de télescopes automatiques installés au Chili. Cet instrument recherche des exoplanètes par la méthode des transits, qui consiste à analyser chaque diminution de lumière d’une étoile pour vérifier si cette baisse lumineuse est due au passage entre l’étoile et le télescope d’une planète inconnue. Il s'agit d'une planète de petite taille, avec un diamètre un peu supérieur à celui de la Terre. Elle tourne rapidement, en moins de deux jours terrestres autour de son étoile, une naine rouge. Cette proximité explique que Gliese 1132b supporte des températures de quelque 250 °C.

Pour essayer d’en savoir davantage, des astronomes ont utilisé le télescope de 2,2 mètres installé à La Silla, au Chili. Ils ont scruté cette planète grâce à un instrument capable d’observer des objets célestes dans sept zones différentes allant de la lumière visible à l’infrarouge. Ces mesures ont révélé que la planète semblait plus grande en infrarouge qu’en lumière visible, sans doute car son atmosphère, transparente dans le visible, devient opaque dans l'infrarouge, comme le raconte l'équipe de chercheurs dans The Journal of Astronomy d'avril 2017. 

Vue d'artiste montrant la planète Gliese 1132b et son étoile© Nature/Nasa/SDO

L’équipe a ensuite simulé divers scénarios de l’atmosphère sur Gliese 1132b ; ses modélisations suggèrent qu’une atmosphère riche en méthane et en eau correspondrait aux observations. L'exoplanète sera étudiée dans les prochains mois par le télescope Hubble puis constituera l’un des premiers objets d'observation de son successeur, le JWST, à partir de 2018. 

Retour en haut