SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Édiacarien : de grands spécimens énigmatiques

Alors que les premières formes de vie sur Terre étaient microscopiques, une faune étrange est apparue dans les océans de la planète il y a 630 millions d'années. Vie animale ou végétale ? La question reste posée, mais ce qui est sûr, c'est que certains spécimens mesuraient jusqu'à deux mètres de long et que l'on sait désormais pourquoi.

Andiva Ivantsovi, fossile de la période de l'Édiacarien

Un tournant critique dans l’histoire de la vie sur Terre a été l'apparition des premiers organismes de grande taille, biologiquement complexes, au terme de près de trois milliards d’années d’une évolution dominée par les micro-organismes.

L'histoire de ces grands organismes débute il y a 680 millions d'années, en pleine période édiacarienne (635-541 millions d'années). Ils disparaissent quelques millions d'années plus tard, sans raison connue et sans laisser de descendance, mais les fossiles retrouvés un peu partout sur la planète témoignent d'une grande diversité de tailles et de formes.

C'est sur les falaises de la réserve de Mistaken Point, sur l'île de Terre-Neuve, au Canada, qu'affleurent les plus grands fossiles de cette période. En mesurant leurs tailles au laser, en observant leur disposition et leur répartition, Emily Mitchell et son équipe, de l'université de Cambridge, pensent avoir élucidé le mystère de leur grande taille. L'étude est parue dans la revue Nature Ecology & Evolution en date du 25 juin 2018. 

 

Un gros plan de la surface, à Mistaken Point. En raison de leurs formes subtiles, certains fossiles ne sont visibles que sous un angle précis de la lumière.© Emily G. Mitchell

À cette époque, les océans étaient très riches en nutriments et les prédateurs inexistants. Être grand ne constituait donc pas un avantage compétitif pour se nourrir ni se défendre, mais représentait simplement, selon Emily Mitchell, le meilleur moyen de coloniser l'environnement.

Au-delà de cette découverte, ces écosystèmes florissants conservent bien des mystères : s'agissait-il d'animaux, de plantes, d'organismes intermédiaires ou d'une forme de vie éteinte ne ressemblant à aucun organisme vivant connu, une sorte « d'expérience manquée » de la vie multicellulaire ? L'énigme reste entière...

Retour en haut