SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Homme & Société

En science, précocité ne fait pas loi

Il n'est jamais trop tard pour devenir un grand scientifique. C'est en gros ce que montrent deux Américains après avoir décortiqué la vie des chercheurs nobelisés.  

Albert Einstein avant 30 ans © DR

Quand Albert Einstein a publié sa théorie de la relativité restreinte, il avait 26 ans. La gravitation universelle et la mécanique quantique sont nées quand Newton et Heisenberg avaient 25 ans.

Un constat qui a fait naître le culte de la précocité en science et cette phrase d’Einstein : « Une personne qui n’a pas apporté de contribution majeure à la science avant l’âge de 30 ans ne le fera sans doute jamais. » Une affirmation aussi sévère que fausse. C’est ce que suggèrent deux Américains après avoir étudié la carrière des Prix Nobel (B. Jones & B. Weinberg, PNAS, novembre 2011).

En moyenne, sur le siècle dernier, les travaux majeurs ont été effectués par des chercheurs approchant la quarantaine avec quelques nuances. Jusqu’à 1905, le pic de créativité apparaissait vers 36 ans alors que depuis 1985, il est plutôt atteint vers 45-50 ans. Pour les auteurs, ce décalage s’explique par la quantité toujours croissante de connaissances à assimiler et par un moins grand nombre d’avancées purement théoriques.

Des différences existent aussi entre les disciples. En médecine, les résultats majeurs sont bien plus souvent obtenus vers 40 ans que vers 30 ans. Idem en chimie. En physique, la tendance est similaire même si la proportion de trentenaires est plus élevée qu’ailleurs.

Retour en haut