SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Enquêtes
Nature & Environnement

Energie : quelle part pour les énergies renouvelables ?

L’eau, le soleil, le vent : autant de sources d’énergie inépuisables et pourtant peu exploitées par l’homme. Quel poids prendront-elles dans la politique énergétique française, dont les grandes orientations doivent être définies début 2004 ?

Les objectifs de la France

Carte d’Europe de la production d’énergie éolienne par pays (juin 2003) © CSI

Bien que disposant de notables “gisements“ d'énergies renouvelables, la France en reste pour l'heure au stade des déclarations d'intention en ce qui concerne leur exploitation. Si l'hydraulique compte pour 14 % dans la production nationale d'électricité, les autres énergies renouvelables n'y participent que pour 1 % (éolienne, solaire, et biomasse cumulés).

La France est donc très en retard par rapport à ses voisins et il lui sera bien difficile de tenir l'objectif fixé par une directive européenne : 21 % d'énergies renouvelables en 2010.

Parmi les freins à leur développement, on peut noter la difficulté à bénéficier des tarifs préférentiels du rachat de l'électricité par EDF. De plus, ce tarif a été diminué en janvier 2003 et les grandes installations éoliennes (plus de 12 MW) ne peuvent pas en bénéficier. Quant à la production d'électricité par l'énergie solaire, elle ne dispose d'aucun tarif privilégié de rachat.

Paroles d'experts





Des experts français nous livrent leurs points de vue sur la place qu’il faut donner aux énergies renouvelables, en France comme dans le monde.

Le cas de l'énergie éolienne

<video controls="controls">

Votre navigateur ne supporte pas la balise VIDEO.

</video> “Du vent dans les pales“, un reportage de Marcel Dalaise (7') Le vent tourne, l'avenir ne serait-il plus dans les centrales nucléaires ? Le programme Éole 2005, lancé à la demande des pouvoirs publics, traduit cette évolution. Il est prévu d'installer en France jusqu'à 500 MW (puissance de deux réacteurs nucléaires) déjà produits par l'Allemagne. Alors que la France a le deuxième potentiel éolien en Europe, pourquoi tant de retard ?

Image et rélaisation : Marcel Dalaise
Son : Olivier Hincelin
Montage : Emmanuèle Lagrange
© CSI / Science Actualités 2000

À l’échelle mondiale, l’énergie éolienne est celle qui subit la plus forte croissance, avec un taux d’environ 30 % par an. En parallèle son coût est en forte décroissance : le prix de revient du kWh éolien a été divisé par 5 en 20 ans.

La capacité de production mondiale d’énergie éolienne est en 2003 de l’ordre de 30 GW, ce qui représente une économie d’environ 180 000 tonnes de CO2 relâchées dans l’atmosphère pour chaque heure de production.

Des gisements sous-exploités

La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde © CSI/Science Actualités (source: Agence internationale de l’énergie)

Les énergies renouvelables représentaient 13,8 % de la production énergétique mondiale en 2000, selon l’Agence internationale de l’énergie, dont 11 % pour la biomasse (bois, déchets organiques).

Dans le monde, la production d’électricité d’origine renouvelable (hydraulique, éolien, solaire, biomasse, géothermie) est comparable à la production d’origine nucléaire, avec une place prépondérante pour l’hydraulique.

Liens externes

Retour en haut