SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

ExoMars : Schiaparelli ne répond plus

Alors que la sonde européenne TGO s’est bien placée en orbite martienne, le 19 octobre, comme prévu, la sonde Schiaparelli ne donne plus de signal.

L'une s'est placée en orbite martienne, comme prévu, mais l'autre ne donne plus signe de vie. Lancées le 14 mars dernier par la fusée Proton, les sondes européennes TGO (Trace Gas Orbiter) et Schiaparelli ont atteint Mars hier, le 19 octobre. Au terme d'un voyage de sept mois, elles se sont séparées pour vivre des destins bien différents. TGO a débuté sa trajectoire autour de la Planète rouge – devenant ainsi le second satellite européen en orbite autour de cette planète, avec Mars Express, depuis 2003. Après une période nécessaire à sa stabilisation, TGO étudiera l'atmosphère de la Planète rouge durant six ans. 

De son côté, Schiaparelli a continué sa course vers Mars. Ralentie successivement par un bouclier thermique, un parachute et des rétrofusées, la sonde expérimentale devait se poser six minutes après être entrée dans l’atmosphère à 21 000 km/h. Les informations recueillies au cours de la descente (photos, relevés atmosphériques) permettront d'en savoir davantage sur le site et de tester des procédures d'atterrissage. Mais à quelques secondes seulement de son atterrissage, Schiaparelli a cessé d'émettre. 

Plus technique que scientifique, cette mission prépare le terrain à ExoMars 2020, qui prévoit de faire atterrir sur Mars un véhicule automobile robotisé capable de fonctionner pendant plusieurs mois. Sur les traces de la "jeep" américaine Curiosity qui a foulé le sol de Mars en 2012, le rover européen ExoMars 2020 devrait explorer de nouveaux sites de la Planète rouge.

Vue d'artiste de la mission initialement prévue © ESA

Retour en haut