SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Enquêtes
Nature & Environnement

Fusion nucléaire : énergie de demain ou utopie ?

À l'horizon 2050, pourra-t-on reproduire sur Terre l’énergie des étoiles et produire ainsi de l'électricité avec un faible impact sur l'environnement ? Une grande partie de la communauté scientifique internationale pense que le pari peut être gagné. Mais l'avenir de ce programme ambitieux est soumis à des décisions politiques.

Fission et fusion : ne pas confondre

Les centrales actuelles utilisent l’énergie dégagée par la fission de l’atome d’uranium, une réaction qui met en jeu des noyaux lourds.

La fusion, en revanche, consiste à fondre des isotopes de l’hydrogène (deutérium et tritium), les éléments atomiques les plus légers, pour obtenir de l'hélium et de l'énergie. Cette réaction nécessite une température très élevée, comme celle que l’on trouve au cœur des étoiles.

On peut y parvenir en bombardant les isotopes d'hydrogène par un faisceau laser très intense. L'inconvénient de cette méthode est qu'elle est très liée aux applications militaires. C'est pourquoi la plupart des scientifiques ont choisi de développer la méthode de confinement magnétique.

La fusion par confinement magnétique

Dans cette option, le plasma est obtenu grâce à différents systèmes de chauffage, notamment par micro-ondes. Pour ne pas détruire les parois qui l'entoure, il est maintenu en suspension au millimètre près par des champs magnétiques très intenses.

Le principal avantage de la fusion thermonucléaire est qu'elle libère une quantité d’énergie bien plus grande que la fission et ne produit pas de déchets radioactifs pendant des milliers d’années. De plus, le deutérium est quasiment inépuisable (il est présent dans l’eau) et le tritium est facile à produire.

Mais on est encore loin de maîtriser la fusion, qui nécessite une dépense d’énergie très importante. L’Union européenne, la Russie, le Canada et les États-Unis prévoient de construire en commun un réacteur expérimental (ITER), qui ne devrait pas fonctionner avant 2014. Il faudra ensuite plusieurs décennies avant d’espérer produire de l’électricité par fusion.

La fusion, solution miracle ?

Retour en haut