SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Biologie & Santé

Impuissance : génération Viagra

Le tout premier traitement administré par voie orale contre les problèmes d'érection sera-t-il détrôné ? Deux concurrents arrivent sur le marché…

Un marché très lucratif

Ventes internationales de Viagra en millions de dollars © CSI / Science actualités

Les premiers médicaments spécifiques pour le traitement de la dysfonction érectile – terme remplaçant avantageusement celui d'impuissance – sont arrivés sur le marché français vers 1993.

Efficaces mais fonctionnant par injection intracaverneuse (au niveau de la verge), ce qui n'est pas du goût de tous ! Ce n'est qu'en 1998 qu'apparaissent les fameuses pilules bleues, le Sildénafil connu sous le nom de Viagra. Succès immédiat, presque un phénomène de société !

Enfin le dialogue sur cette pathologie dont on n'osait pas parler, même à son médecin, est ouvert. D'après le laboratoire Pfizer qui le commercialise, 10 millions de patients auraient été traités par Viagra dont plus de 400 000 en France où auparavant, ils n'étaient que 20 000.

Losange bleu contre triangle rouge

Comprimés d'Ixense, concurrent du Viagra © Ixense

Rouge brique et de forme pentagonale ou triangulaire, selon les dosages, le concurrent du bleu Viagra a fait son entrée en France.

A faire fondre sous la langue, le comprimé rouge est commercialisé sous le nom d'Uprima par Abbott (USA) et de Ixense par le laboratoire japonais Takeda.

La même formule pour ces deux pilules (du chlorhydrate d'apomorphine), qui présente quelques avantages notables sur le Viagra :

– elle est efficace en moins de 20 minutes (contre 1 heure pour le Viagra), ce qui permet une anticipation moindre. En outre, une deuxième prise peut être effectuée 8 heures après la première (contre un seul comprimé de Viagra par jour). Le désir doit cependant être au rendez-vous pour les deux !

Sur le Net, le Viagra fait sa publicité…... © www.viagra.com

– Deuxième avantage : le Viagra augmente l'afflux de sang dans la verge, donc l'érection, alors que l'apomorphine agit directement au niveau du cerveau.

Ce dernier ne présente pas de contre-indications, comme le Viagra, formellement contre-indiqué aux patients souffrant de problèmes cardiaques. Ainsi l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a-t-elle enregistré 52 décès en France chez les utilisateurs de Viagra en deux ans, la plupart chez les personnes présentant des facteurs de risques cardio-vasculaires. En outre, l'association du Viagra avec des dérivés nitrés (traitement contre les angines de poitrine par exemple) est contre-indiqué. Selon Abbott et Tadeka, les effets secondaires de leurs produits (nausées, maux de tête, vertiges, rhinites) sont peu fréquents (2 à 7%).

D'autres produits sont encore attendus : Pfizer annonce un ''Viagra'' à effet plus rapide et le PT-14, une molécule qui permettrait d'avoir une érection sans désir. Le marché de la dysfonction érectile est en pleine essor. Qui l'emportera, le bleu ou le rouge ? Affaire à suivre… 

Retour en haut