SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Je bulle, donc je suis

Des comportement observés chez la raie manta géante semblent dénoter une forme de conscience de soi. Une aptitude cognitive jusqu’ici réservée à un très petit nombre d’espèces animales…

La raie manta géante (Manta birostris) est une espèce de poissons de la famille des Mobulidae. C’est la plus grande des raies, elle peut atteindre jusqu’à sept mètres d’envergure et deux tonnes. © Bartek Cieslak - Wikipedia Commons

Devant un miroir, l’éléphant touche de sa trompe son front marqué d’une croix, la pie cherche à atteindre une tache rouge sur son plumage avec son bec ou ses pattes, ou encore les chimpanzés, bonobos, et orangs-outans montrent qu’ils comprennent que la marque est bien située sur leur propre corps. Depuis 1969, date de l’invention de ce test par le psychologue Gordon Gallup, cette attitude est interprétée comme révélatrice de la conscience de soi. Le bébé humain y accède généralement à partir de deux ans.

Dans le monde aquatique, seuls les dauphins et les orques semblent passer le test avec succès, mais les chercheurs doivent innover dans leur protocole, car sans pattes, ni trompe, ni cou assez souple pour toucher une marque, l’expérimentation du miroir se complique. Les situations de test deviennent alors très variables et sujettes à de plus fortes controverses. En Floride, la biologiste Csilla Ari s’intéresse depuis plusieurs années aux raies manta géantes, notamment parce qu’elles possèdent le plus gros cerveau parmi toutes les espèces de poissons. Dans sa toute dernière étude, publiée dans la revue Journal of Ethology, elle décrit ce qui se passe avec ces animaux lorsqu’elle introduit un miroir dans leur aquarium.

Des bulles de conscience ?

Csilla Ari a filmé deux raies manta géantes et observé qu’elles changent de comportement face à leur reflet. Les raies ont bougé leurs nageoires, à plusieurs reprises, en faisant des cercles en face du miroir.

Vidéo de l’expérience © Csilla Ari 

La fréquence de ces mouvements est beaucoup plus élevée lorsque le miroir est dans l’aquarium que lorsqu’il n’y est pas, et selon la scientifique, cela suggère qu’elles cherchent à voir si le reflet traduit bien leurs mouvements. Mais surtout, les animaux font également des bulles devant la glace, un comportement qu’Ari n’a observé que lorsque le miroir est présent. Pour renforcer ces observations, elle affirme que tous ces comportements sont bien distincts des comportements sociaux que peuvent avoir les raies entre elles.

Pour le moment, seuls deux spécimens de raies géantes ont été observés, et il faudra reproduire l’expérience pour pouvoir poser solidement l’hypothèse d’une conscience de soi chez ce poisson.

Retour en haut