SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Enquêtes
Nature & Environnement

Jean-Louis Etienne au pôle Nord : une expédition scientifique pour quoi faire ?

Curieux voyage que celui entrepris par Jean-Louis Etienne. Pendant trois mois, l'explorateur a dérivé à la surface de la banquise arctique à bord d'un igloo high-tech. Il revient avec des mesures et des échantillons pour les scientifiques.

Au gré des courants...

Jean-Louis Etienne et Polar Observer © www.jeanlouisetienne.fr

Seul au milieu de la banquise arctique depuis le 13 avril, Jean-Louis Etienne n'est pas en terre inconnue. Le médecin-explorateur connaît bien ces étendues glacées pour les avoir parcourues en 1986 lorsqu'il rejoignait le pôle Nord à pied et en solitaire.

Mais la « Mission Banquise » dans laquelle il s'est engagé est bien différente : cette fois-ci, il part du pôle et se laisse dériver, à l'instar des premiers explorateurs du Grand Nord, au gré des courants de l'océan arctique. Bien à l'abri dans sa capsule « Polar Observer » posée sur la glace, il s'est laissé glisser doucement vers le sud à raison de quelques kilomètres par jour selon un trajet chaotique qui l'a conduit à 86,37 degrés de latitude nord où un hélicoptère l'a récupéré dans la nuit du 4 au 5 juillet pour le déposer sur le brise-glace russe Yamal.

Diverses mesures

Mission Banquise © www.jeanlouisetienne.fr

La « Mission Banquise » est l'occasion pour Jean-Louis Etienne de réaliser un certain nombre de mesures touchant à des domaines aussi variés que la biologie, l'océanologie, la climatologie ou la météorologie. L'objectif, entre autres, est de « comprendre pourquoi la banquise connaît une régression sans précédent depuis 1960, son étendue s'étant réduite de 6 % et son épaisseur de 40% ». Maintenant, les données collectées sont dans les mains des scientifiques qui vont les analyser et d'une certaine manière, prolonger l'aventure.

Retour en haut