SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement Archéologie & Paléontologie

La généalogie du cheval bouleversée

L'arbre généalogique des chevaux vient d'être bouleversé par une analyse génomique de grande ampleur, impliquant 28 institutions de par le monde. Si bien que les chevaux de Przewalski, qu'on croyait être les derniers chevaux sauvages sur Terre... sont en fait les descendants des premiers équidés domestiqués.

Des chevaux de Przewalski dans la réserve de Seer, en Mongolie, en mai 2014. Cette réserve, qui permet de réintroduire peu à peu cette espèce menacée dans la nature, est gérée par Takh, l'association pour le cheval de Przewalski, dont le siège se trouve à Arles, en France. Takh élève aussi des chevaux de Przewalski sur son site du Villaret, en Lozère. © Ludovic Orlando

C’est dans les steppes d’Asie centrale que le cheval aurait été domestiqué pour la première fois, il y a environ 5 500 ans, par les hommes de la culture Botai. Les plus anciens restes de cet équidé apprivoisé ont été découverts en 1993, dans le nord du Kazakhstan actuel. Qu’est devenu ce cheval après sa domestication ? Et est-il bien, comme on le supposait jusqu’alors, l’ancêtre des chevaux domestiques modernes ?

Pour répondre à ces questions, une équipe scientifique internationale a séquencé le génome de vingt chevaux de la culture Botai et l’a comparé au génome de dizaines de chevaux anciens et contemporains. Rapportés dans la revue Science du 22 février 2018, les résultats de l'analyse sont étonnants. 

Ludovic Orlando en train de travailler sur des restes de cheval Botai, au Kazakhstan, en août 2016© Daron Donahue et Niobe Thompson

Tout d’abord, le cheval de la culture Botai n’est pas, comme on le supposait, l’ancêtre des chevaux domestiques actuels, qui se retrouvent en quelque sorte orphelins. De nouvelles études devront identifier l’origine réelle des chevaux domestiques, sans doute ailleurs en Asie centrale, dans le sud de la Russie ou en Anatolie par exemple. Un second foyer de domestication a en effet peut-être existé il y a cinq millénaires, sans avoir encore été identifié.

Mais alors, de qui le cheval Botai est-il donc l’ancêtre ? La réponse est plus étonnante encore : il est l’ancêtre direct des chevaux de Przewalski, qui tiennent leur nom de l’explorateur russe qui les a découverts en 1879 en Mongolie. Or ces chevaux étaient jusqu’alors réputés être les derniers chevaux sauvages sur Terre ! Ils sont donc en réalité les héritiers des chevaux domestiqués de la culture Botai revenus à l’état sauvage...

Reconstitution artistique d'un cheval Botai fondée sur l'analyse génétique. Certains chevaux étaient porteurs de mutations génétiques qui leur conféraient une robe tachetée. © Photographie de Ludovic Orlando retravaillée par Sean Goddard et Alan Outram
Retour en haut