SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

La Lune, encore vivante ?

Grâce aux données fournies par le satellite LRO, une équipe américaine estime que la Lune connaissait encore un activité volcanique il y a cent millions d'années.

La lune est un astre mort et toute activité volcanique a cessé il y a environ un milliard d’années. Les quelques tremblements encore mesurables sont induits par l’attraction terrestre ou par les impacts de météorites. Il existe bien quelques vagues dégazages, mais ceux-ci sont insignifiants. L’activité volcanique lunaire aurait culminé entre 3,9 et 3,1 milliards d’années dans le passé lors de la mise en place des immenses étendues de laves que nous appelons « mers » et « océans », puis elle aurait progressivement diminué pour s’arrêter il y a près de 1 milliard d’années. C’est en tout cas ce qui se dit depuis que les missions Apollo nous ont permis d’étudier près de 400 kilos de roches et poussières lunaires. Mais une étude parue le 12 octobre dans la revue Nature Geoscience remet en question l’histoire de notre satellite. Des images à haute résolution prises par la sonde américaine LRO ont permis de détecter près de 70 sites volcaniques, trop petits pour être identifiables depuis la Terre.

Sur cette image lunaire, apparaissent des dépôts volcaniques récents.© NASA/GSFC/Arizona State University

Leur aspect et le nombre réduit d’impacts météoritiques sur ces structures indiquent qu’elles se seraient formées il y a une centaine de millions d’années – à une époque où les dinosaures peuplaient notre planète –, peut-être même plus récemment pour certaines. Les scientifiques ont estimé leur âge en se fondant sur la densité des cratères météoritiques qui les recouvrent. Moins il y en a, plus la structure est récente. Avec cette technique, trois des sites auraient un âge compris entre 18 et 58 millions d’années. Une jeunesse qui semble confirmée par la netteté de leur relief. S’il s’agit bien de traces d’épisodes volcaniques récents, il faudra réécrire l’histoire de notre satellite pour expliquer comment de tels événements ont pu se produire dans un passé géologiquement proche.

Retour en haut