SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Brèves
Espace & Astronomie

La Lune, Mars et au-delà : ambitions chinoises

Dans le Livre blanc rendu public le 27 décembre, la Chine présente sa politique spatiale pour les prochaines années.

Le rover déposé sur le sol lunaire par la sonde Chang'e 3, fin 2013. Il a parcouru une boucle autour de l’atterrisseur, s’éloignant de lui d'une cinquantaine de mètres. © Chinese Academy of Sciences/China National Space Administration

Parmi les missions à court terme présentées dans le Livre blanc sur la politique spatiale chinoise, la Lune et Mars figurent en bonne place. S'y trouvent en effet mentionnés l'alunissage d'une sonde sur la face cachée de notre satellite d'ici 2018 – ce qui ferait de la Chine le premier pays à réaliser cet exploit – et le lancement d'un rover vers Mars d’ici 2020, avec pour objectif de rapporter des échantillons martiens sur Terre.

Fin 2013, la sonde chinoise Change'3 s'est posée sur la Lune. À son bord, le véhicule téléguidé Yutu (« Lapin de jade »), chargé de parcourir le sol lunaire. Dès 2017, un nouveau module Chang’e 3 devrait alunir pour récolter des échantillons et les rapporter sur Terre. Ce que le Livre blanc ne mentionne pas, mais qu’a confirmé le vice-ministre de l’administration spatiale, Wu Yanhua, lors de la présentation du document, c’est la volonté d’envoyer un astronaute sur la Lune.

Le Livre blanc annonce aussi un projet de lanceur lourd et des programmes d’exploration d’astéroïdes et de Jupiter. Autre thème abordé, celui du « laboratoire spatial » Tiangong-2, un module habitable de petites dimensions que Pékin veut transformer en véritable station de recherche scientifique et plateforme d’exploration de l’espace cislunaire (espace sphérique entourant la Terre jusqu'à la limite de l'orbite lunaire).

Enfin, le gouvernement chinois insiste sur l'ouverture de son industrie spatiale aux investisseurs étrangers et aux collaborations internationales. Depuis 2011, rappelle le document, la Chine a signé 43 accords avec 29 partenaires : pays, agences spatiales et organisations internationales. Pékin entend notamment collaborer dans l’exploration lunaire et martienne, ainsi que dans la mise en place de sa station spatiale.

Retour en haut