SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Biologie & Santé

La prise en charge

La maladie d'Alzheimer est la plus répandue des affections neuro-dégénératives. Face à cette maladie, pour l'heure incurable, se pose la question de la charge qu'elle fera peser sur nos sociétés et plus particulièrement sur les proches des malades.

80% des plus de 80 ans sont indemnes

Plus on vieillit, plus on risque de contracter la maladie d'Alzheimer. Cette constatation, prouvée par de nombreuses études épidémiologiques, ne signifie pas pour autant que l'âge soit la cause systématique de l'apparition de cette démence.

Le vieillissement cérébral ''normal'' produit des effets très différents d'un individu à l'autre et il n'évolue vers la maladie d'Alzheimer que dans un nombre limité de cas. En revanche, il est probable que certains mécanismes du vieillissement ''préparent le terrain'' et fragilisent la résistance du cerveau, permettant à d'autres facteurs de s'exprimer et de contribuer au déclenchement de la maladie.

Qui est concerné ?

Prévalence de la maladie d'Alzheimer par groupe d'âge La prévalence est la proportion d'une population (exprimée en pourcentage) qui, à un moment donné, est atteinte par une maladie. © CSI d'après les chiffres publiés par Karen Ritchie dans “Medecine/Science“, 1994, vol 10, pages 680-686.

La maladie d'Alzheimer est rare chez les personnes de moins de 75 ans, mais sa prévalence augmente rapidement aux âges plus élevés.

On l’évalue à 5% au-delà de 65 ans et à 20% chez les plus de 80 ans.

On évalue à plus de 800 000 le nombre de malades en France, avec 165 000 nouveaux cas par an et 40 000 à 65 000 décès.

Une affaire de famille ?

La maladie d'Alzheimer ne se transmet pas verticalement d'une génération à l'autre, sauf dans sa forme héréditaire qui reste très rare. En revanche, son retentissement sur les proches d'un patient est très important et souvent destructeur.

Retour en haut