SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Brèves
Archéologie & Paléontologie

La recette de Néandertal pour résister au froid : un bon bouillon gras

Des ossements trouvés dans des grottes autrefois fréquentées par Néandertal indiquent qu’en période de grand froid, ces humains extrayaient la moindre parcelle de nourriture des carcasses, même la moelle.

© Neandertal Museum

Notre cousin, l’homme de Neandertal, a vécu suffisamment longtemps pour connaître des climats variés. Deux sites français ont été étudiés pour comprendre comment il réagissait au changement climatique et s’il savait s’y adapter. Si l’on en croit les résultats d’une étude parue dans le Journal of Human Evolution, sa capacité d’adaptation était bien réelle. L’étude a consisté à analyser les os d’animaux découverts dans deux grottes autrefois fréquentées par des Néandertaliens dans le sud-ouest de la France, à Pech de l’Azé IV et Roc de Marsal. L’étude porte sur les marques de boucherie retrouvées sur les ossements, montrant comment les carcasses de cerfs, de rennes et de chevreuils ont été découpées et traitées pour en extraire la viande. Il apparaît que durant les périodes froides, les os étaient beaucoup plus fracturés que durant les périodes tempérées. Cela traduit probablement la nécessité d’utiliser la moindre parcelle de nourriture. Dans ces périodes froides, les os des phalanges étaient brisés, soit pour en extraire la moelle, soit pour être bouillis dans de l’eau pour faire des bouillons gras. Pour les auteurs de l’étude, il s’agirait peut-être d’un indice quant aux difficultés rencontrées par Néandertal pour survivre durant les périodes de glaciation de la fin du Pléistocène, raison possible de sa disparition. 

Retour en haut