SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Brèves
Nature & Environnement

La sanctuarisation de l’Antarctique en pleine négociation

La création de deux immenses aires marines protégées fait à nouveau cette année l’objet d’âpres négociations dans le cadre de la commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), qui se déroule du 17 au 21 octobre en Australie.  

 

L’Antarctique, considéré comme le dernier écosystème marin intact de la planète avec plus de 10 000 espèces uniques est au cœur d’une négociation internationale tendue. Depuis 2011, la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), réunie cette année du 17 au 21 octobre 2016 à Hobart en Australie, tente de trouver un terrain d’entente pour créer deux gigantesques aires marines protégées (AMP). L’une, soutenue par l’Australie, la France et l’Union européenne, engloberait de vastes zones marines de l’est de l’Antarctique d’environ 1 million de kilomètres carrés. L’autre, proposée par les États-Unis et la Nouvelle-Zélande, comprendrait la mer de Ross, une zone d’environ 1,25 million de kilomètres carrés.

Si les deux projets font l’objet d’un consensus pour 24 pays et l’Union européenne, la Russie bloque encore ces propositions. Elle invoque des raisons géopolitiques tout en déplorant la trop grande taille des aires. Mais rien n’est perdu, les négociations avancent dans le bon sens, selon les participants. D’autant plus que La Russie, à la tête des débats de la commission encore cette année, vient d’agrandir son aire marine protégée de l’archipel François-Joseph, dans l’océan Arctique.

Quoi qu’il en soit, tous les signaux pour protéger les océans semblent être au vert. La Chine, réticente jusqu’en 2015 à la sanctuarisation de la mer de Ross, en a dorénavant accepté l’idée. En outre, le président américain Barack Obama a annoncé fin août le quadruplement (environ 1,5 million de kilomètres carrés) de la superficie de la réserve marine Papahanaumokuakea à Hawaï, devenant ainsi la plus grande au monde.

Source : AFP-CCAMLR, 17 septembre 2016

Retour en haut