SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Biologie & Santé

Le cœur de Chopin a parlé !

Saviez-vous que Frédéric Chopin, comme beaucoup de ses contemporains, était taphophobe ? En d’autres termes, il craignait d’être enterré vivant dans sa tombe. Grâce à cette curieuse phobie, des scientifiques polonais viennent d’établir avec une quasi-certitude les causes de la mort du célèbre compositeur.

Chopin sur son lit de mort, par Teofil Kwiatkowski© Fryderyka Chopina Museum

En 1849, Frédéric Chopin rendait son dernier souffle à l’âge de 39 ans, vraisemblablement des suites d’une tuberculose. Par peur de se réveiller dans son cercueil, le compositeur avait demandé – comme son père avant lui – à ce que son corps soit ouvert avant l’enterrement, et que son cœur lui soit retiré. Frédéric Chopin a été inhumé à Paris, dans le cimetière du Père-Lachaise. Son cœur, en revanche, a été rapatrié en Pologne, le pays natal du musicien.

En 1945, après avoir été volé par l'armée allemande, le cœur de Chopin revient à Varsovie.© Fryderyka Chopina Museum

Vénéré comme un monument national, le cœur du musicien est encore aujourd’hui conservé dans une urne de cristal remplie de cognac placée dans un pilier de l’église de la Sainte-Croix à Varsovie. Or, depuis la Seconde Guerre mondiale, personne n’a été autorisé à observer ce flacon… jusqu’à cette nuit du 14 avril 2014 où des chercheurs de l'Académie des sciences de Pologne ont pu examiner la précieuse relique.

Le cœur est aujourd’hui à l’abri dans un pilier de l’église de la Sainte-Croix à Varsovie.© Czarek Sokolowski

Les scientifiques n’ont eu le droit d’observer le cœur qu’à travers l’urne de cristal, et aucune photo n’a été autorisée à être diffusée. Mais d’après les chercheurs – dont les conclusions viennent d’être publiées dans The American Journal of Medicine –, le cœur baigne toujours dans son cognac et demeure bien conservé.

Un examen attentif a permis de découvrir qu’il était recouvert d’une fine couche de fibres blanches, et qu’il présentait également de petites lésions. En 2008, une équipe émettait l’idée que Frédéric Chopin était atteint d’une mucoviscidose. Ce nouvel examen tend plutôt à confirmer que le compositeur souffrait bien de tuberculose et qu’il est mort des suites d’une péricardite, une complication rare de la maladie.

Retour en haut