SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Le corail malade du plastique

Plus de 11 milliards de morceaux de plastique jonchent les récifs coralliens de l'océan Pacifique. Or, selon une récente étude internationale, la présence de plastique accroît considérablement le risque de maladies du corail.

Accumulation de plastique au fond de l'océan. Les effets sur le corail ont été peu étudiés à ce jour.© Dr Kathryn Berry

Des millions de tonnes de plastique sont déversées chaque année dans les océans. Mais quels en sont les effets sur la santé des récifs coralliens ? C’est la question à laquelle une équipe internationale a voulu répondre en étudiant les récifs d’Asie-Pacifique, qui abrite plus de la moitié des coraux du monde. L'étude est parue dans la revue Science du 25 janvier 2018. 

Pour ses recherches, menées entre 2011 et 2014, l’équipe s’est intéressée aux déchets d’un diamètre supérieur ou égal à 5 centimètres. Elle en a identifié dans un tiers des 160 récifs étudiés. Or ces déchets font bondir le risque de maladie du corail d’un facteur 20, soit de 4 % dans des conditions normales à 89 % en présence de plastique ! Il s’agit notamment des maladies dites de la bande blanche et de la bande noire qui sont associées à une mortalité rapide du corail. Le plastique charrie en effet des agents pathogènes. Par exemple, comme l’ont montré des études antérieures, le polypropylène retrouvé dans les océans est colonisé par une bactérie opportuniste, appelée Vibrio, qui intervient dans le syndrome du blanchiment du corail.

Débris de plastique le long de la plage, sur l'île indonésienne de Sulawesi© Dr Joleah Lamb

C’est donc une nouvelle menace pesant la santé des récifs coralliens, après le réchauffement et l’acidification de l’océan, la surpêche etc. Les chercheurs estiment à plus de 11 milliards le nombre de débris plastiques dans les coraux de la région. Les récifs proches des côtes indonésiennes sont les plus pollués et donc les plus menacés, alors que ceux proches des côtes australiennes le sont moins.

Au rythme actuel de déversement du plastique dans les océans, les chercheurs redoutent que ce volume augmente de 40 % d’ici 2025, pour atteindre près de 16 milliards de morceaux de plastique. Avec des conséquences inconnues sur les écosystèmes abrités par les récifs : algues, crustacés, poissons.

Retour en haut