SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Le « Lapin de jade » vit encore

Contrairement à ce que craignaient les experts, Yutu, le rover chinois, aurait finalement survécu à la nuit lunaire.

Le rover Yutu © China Space

Le robot Yutu (« Lapin de jade » en chinois), qui s’est posé sur la Lune le 14 décembre 2013, n’a pas dit son dernier mot. Suite aux quelques problèmes techniques qu'il avait rencontrés, les bruits les plus contradictoires couraient sur l’état du robot. Mais selon un porte-parole du programme spatial chinois, Yutu fonctionne toujours, même si certains de ses équipements semblent, eux, désormais inutilisables.

Les nuits sont rudes sur notre satellite : elles durent quatorze de nos jours terrestres et la température y descend jusqu’à -200 °C ! Depuis son arrivée, le rover chinois a déjà dû affronter deux de ces nuits lunaires. Pour se protéger du froid, il se met en veille : il referme ses panneaux solaires, range ses antennes et ses caméras et se réchauffe grâce à un système de contrôle thermique utilisant du plutonium 238.

Mais à la fin du second jour lunaire, la Chine a annoncé que Yutu souffrait d’une « anomalie mécanique » de ce mécanisme de protection. Aucun détail n’a été révélé à ce sujet, mais les officiels chinois ont fait savoir que le petit robot risquait de geler et donc de ne pas se réveiller au lever du jour. Il semble que l’un des panneaux solaires ne se soit pas bien fermé.

Photo panoramique réalisée à partir de plusieurs images prises de la station Chang'e 3. Yutu y apparaît donc plusieurs fois. © NSA/Chinanews/Ken Kremer/Marco Di Lorenzo

Le 9 février, lorsque le Soleil s’est levé sur le site d’atterrissage de Yutu, le sommeil du rover a d'abord semblé irréversible. C'est d'ailleurs ce qu'a annoncé la presse, le 12 février.

L’incertitude a cependant été levée officiellement par Pei Zhaoyu, porte-parole du programme d’exploration lunaire. « Yutu est revenu à la vie », a-t-il déclaré le 13 février, ajoutant que le robot pouvait être sauvé, car il fonctionnait toujours. Certes, le problème mécanique existe bel et bien, mais les ingénieurs chinois disposent d'une quinzaine de jours pour essayer de le résoudre avant la prochaine nuit lunaire.

Retour en haut