SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Brèves
Biologie & Santé

Le syndrome des cœurs brisés

Mourir de tristesse, c’est dépassé. Serait-il maintenant possible de se briser le cœur… de joie ?

Le syndrome de Takotsubo (« piège à poulpe » en japonais) se traduit par un dysfonctionnement du muscle cardiaque. Cette maladie peut provoquer la mort mais, bien traitée, la capacité cardiaque revient rapidement à la normale. Induite par un choc émotionnel, elle est aussi appelée syndrome des cœurs brisés et touche en majorité les femmes ménopausées.

Mais les causes de la maladie se rapportent-elles toujours à un fait malheureux ?

Pour en avoir le cœur net, des chercheurs de l’Université de Zürich ont mené une étude statistique publiée le 2 mars dans l’European Heart Journal. Parmi 485 patients atteints de Takotsubo, 465 se remettaient d’un évènement triste (décès, accident), alors que 20 faisaient part d’une expérience heureuse (naissance, visite d’un proche, chance au jeux). Ainsi ce syndrome du cœur heureux ne touche que 1,1% des cas de Takotsubo. Joie et tristesse pourraient partager certains effets physiologiques, mais les chercheurs précisent que le petit nombre de cas observés ne suffit pas à prouver la dangerosité du bonheur.

Aucune crainte donc à être heureux. Chantez, dansez, aimez, bref donnez vous-en… à cœur joie !

Retour en haut