SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Le vol de l’archéoptéryx révélé par les rayons X

L’archéoptéryx, le fameux dino-oiseau, était-il capable de voler ? Et si oui, comment ? Grâce à une observation réalisée au synchrotron de Grenoble, une équipe européenne répond à ces questions.

Archéoptéryx en vol (vue d'artiste) © Adobe Stock

Seuls onze fossiles d’archéoptéryx ont été découverts à ce jour dans le monde. Les méthodes non-invasives sont donc privilégiées pour les étudier, puisqu'elles ne les endommagent pas. 

La microtomographie aux rayons X mise en œuvre au synchrotron européen de Grenoble fait partie de ces méthodes. Grâce à elle, une équipe européenne a pu sonder trois fossiles d’archéoptéryx et reconstituer en trois dimensions les squelettes des animaux et notamment la répartition, l’épaisseur et la forme de la partie externe des os de leurs ailes. Ce travail a fait l'objet d'une parution dans la revue Nature communications du 13 mars.

Spécimen d'archéoptéryx du musée de Munich en cours d'observation au synchrotron de Grenoble (ESRF)© Pascal Goetgheluck

En comparant ces observations à l'analyse de 55 oiseaux modernes, les chercheurs parviennent à la conclusion que l'archéoptéryx était parfaitement capable de voler en battant des ailes. En revanche, comme il était dépourvu de bréchet – l'os sur lequel s’insèrent les muscles des ailes chez les oiseaux actuels –, il ne pouvait voler que sur de courtes distances, par exemple pour échapper à un prédateur. L'archéoptéryx devient ainsi le plus vieux dinosaure volant connu à ce jour.

Retour en haut