SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Les couleurs d’un serpent fossile révélées

Parmi les pigments colorés, seule la mélanine résiste à la fossilisation. Retrouver les couleurs originales des fossiles est un défi. Une paléobiologiste de l’université de Cork, en Irlande, a toutefois réussi à rendre ses couleurs à un serpent fossile.

Les fossiles nous ont appris nombre de choses sur les êtres vivants qui ont peuplé notre planète et qui ont maintenant disparu. Une chose pourtant reste difficile à déterminer : leurs couleurs. Lorsque des fossiles sont découverts, leur palette de nuances est assez restreinte : elle va du brun au noir en passant par des rouges foncés. Pourtant, de leurs vivants, beaucoup d’animaux arborent des couleurs vives. L’explication tient au fait que la mélanine est le seul pigment coloré à résister à la fossilisation.

© McNamara et al./Current Biology 2016

En s’intéressant à un serpent fossile âgé de 10 millions d’années, Maria McNamara, paléobiologiste à l’université de Cork en Irlande, a réussi à retrouver les couleurs d’origine de l’animal. Dans un article publiée dans la revue Current Biology, la chercheuse explique sa technique. Fossilisés dans du phosphate de calcium, les tissus et les cellules de ce serpent ont été très bien préservés.

En observant leurs formes au microscope et en les comparant à des cellules de serpents actuels, Maria McNamara a retrouvé la pigmentation de la peau du fossile. Résultat : de la mélanine dans les zones sombres, des pigments de caroténoïde et de ptérine dont l’association donne une couleur jaune, et des iridophores qui donnent au ventre du serpent un aspect iridescent.

© McNamara et al./Current Biology 2016

Au-delà de ce simple spécimen, la technique utilisée va pouvoir être appliquée à de nombreux autres fossiles, et ainsi participer à nous donner une vision toujours plus réaliste des ces espèces aujourd’hui disparues. 

Retour en haut