SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Homme & Société

Les femmes sont vertes, les hommes, rouges

La légende veut que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus. C'est faux bien sûr. Ce qui est vrai en revanche, c'est que les hommes sont rouges et les femmes vertes. Absurde ? Pas si sûr.

Une couleur par genre

Une couleur par genre Les femmes sont vertes et les hommes rouges, y compris à Science Actualités. © Olivier Boulanger / Science Actualités (CSI) 2008

Que les Martiens se le tiennent pour dit, sur Terre, la peau verte est un attribut féminin. Et pas chez la grenouille ou le puceron. Non. Chez l'homme... l'homme caucasien même. Une équipe américaine vient de le démontrer* par deux approches distinctes. Dans la première, les chercheurs ont analysé, à l'aide d'un logiciel, la teinte de 200 visages pâles (100 féminins, 100 masculins) issus de la banque d'images de l'Institut Max-Planck de Tübingen, une base de données qui regroupent des milliers de figures anonymes, non maquillées et photographiées en 3D dans des conditions de lumière contrôlées. Tout cela pour s'entendre dire par une machine que les hommes blancs sont en fait rouges et que les femmes blanches sont plutôt vertes. Une différence ténue mais qui, foi d'ordinateur, est bel et bien réelle. Mais alors, si les hommes sont rouges sans être en colère et les femmes vertes sans être malades, pourquoi nul n'a jamais relevé cette information ? L'œil perçoit-il cette nuance ?

* A. Nestor et M. Tarr, Psychological Science, 8 décembre 2008

L'œil des étudiants

Certains des visages utilisés lors de l'expérience Des étudiants devaient définir le sexe des visages mosaïques (exemple en haut à droite). Les résultats montrent que plus l'image est verte, plus le portrait est associé au genre féminin. © Psychological Science

Parce que cette question ne pouvait rester sans réponse, les chercheurs, en bons scientifiques, ont demandé à trois étudiants d'observer, dix heures durant, 20 000 portraits qu'un peintre cubiste n'aurait peut-être pas reniés. Et pour cause : plus que de simples portraits, les photos présentées correspondaient à des mosaïques conçues à partir de fragments de visages féminins ou masculins. Un artifice mis en œuvre moins pour compliquer la tâche des étudiants que pour rendre les visages proposés ambigus du point de vue de leur genre et obliger les étudiants à définir le sexe des portraits en ne se fondant que sur leur instinct. Une expérience fastidieuse dont les résultats ont confirmé les objectives conclusions de l'ordinateur : non seulement les hommes sont rouges et les femmes vertes mais, en plus, les humains sont capables d'utiliser cette information pour établir le sexe de leurs congénères en cas d'ambiguïté sur le genre.

Chérie, je te trouve très verte ce soir...

Compliment... © Renard

Ceci étant dit, est-il possible de donner une explication physiologique à cette différence de couleur ? « Le fait est que les visages des femmes sont toujours plus lumineux que ceux des hommes, et ce quelle que soit la race considérée, explique Michael Tarr, co-directeur du Centre pour la recherche sur la vision de l'université Brown (États-Unis) et co-auteur de l'article. Les femmes ont besoin de synthétiser davantage de vitamine D [qui sert à fixer le calcium dans les os] que les hommes. Il est donc possible que leur peau doive absorber davantage de lumière U.V. Ceci expliquerait qu'elles possèdent moins de ces pigments cutanés qui d'ordinaire servent à réduire le niveau d'exposition aux U.V. de la peau » (voir les travaux de Nina Jablonski et George Chaplin ). Or, d'après le chercheur, sans pigment, la peau serait, non pas blanche, mais plutôt verte. Autre conséquence, indirecte celle-ci, le maquillage, cet artifice si cher à la gente féminine, n'aurait d'autres fonctions que celle de réhausser la teinte verdâtre des femmes. Dire d'une dame qu'elle est une jolie plante (verte, donc) pourrait de fait se révéler moins sexiste que prévu...

Retour en haut