SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Les jardins botaniques abritent un tiers de la biodiversité végétale

Une vaste étude menée auprès d'un millier de jardins botaniques dans le monde révèle leur rôle crucial – quoique partiel – dans la préservation de la biodiversité.

Les nouveaux jardins de la baie de Singapour

Des jardins de la baie de Singapour à la légendaire Royal Botanic Gardens de Londres, les jardins botaniques du monde entier accueillent chaque année 500 millions de visiteurs. Présents dans 180 pays de la planète, ils n’ont pas seulement vocation à mettre en scène la diversité de la flore, ils jouent aussi un rôle crucial dans la conservation des espèces menacées.

En croisant les données de plus de mille institutions dans le monde, une équipe de l’université de Cambridge a cherché à déterminer si à l’échelle de la planète, cet effort de conservation portait ses fruits. Les résultats, parus le 25 septembre dans la revue Nature Plants, montrent que si les jardins botaniques hébergent une grande diversité d’espèces végétales – 30 % de la biodiversité mondiale dont 41 % de plantes considérées comme menacées –, elles présentent principalement des espèces originaires des régions tempérées. Pourtant, la majorité des espèces végétales de la planète sont d’origine tropicale. 

L’essentiel des jardins botaniques se situent dans l'hémisphère nord.

Les espèces tropicales sont donc sous-représentées dans ces jardins qui sont, il faut le souligner, principalement situés dans l’hémisphère Nord. Or, conserver des espèces tropicales dans les régions tempérées nécessite des aménagements et donc des budgets que les jardins botaniques ne possèdent pas forcément.

Les chercheurs ont aussi mis le doigt sur une autre disparité : les lignées de plantes les plus anciennes qui ont été les premières à coloniser la surface de la Terre, comme les mousses, les algues et autres végétaux ne possédant ni feuille, ni tige, ni racine sont quasiment absents des collections. Ils constituent pourtant un patrimoine essentiel pour étudier l’évolution des végétaux.

Les mousses, les algues et autres végétaux de lignées anciennes (comme, ici, la sphaigne) sont sous-représentés dans les jardins botaniques.

Ce premier inventaire des collections des jardins botaniques permet à la fois de souligner le formidable effort de conservation entrepris par ces institutions et les efforts à conduire pour conserver et protéger avec plus d’exhaustivité les espèces végétales menacées.

Retour en haut