SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Les survivants de l’apocalypse

Bien moins impressionnants que les tyrannosaures ou les diplodocus, les oiseaux n’en demeurent pas moins des dinosaures, et ce sont les seuls à avoir survécu à l’astéroïde tombé sur Terre il y a 66 millions d’années. Cela ne signifie pas que tous les oiseaux ont pu réchapper à cette catastrophe. Seule une catégorie bien spécifique a pu survivre et donner naissance à l’ensemble des oiseaux modernes.

Il y a 66 millions d’années, un astéroïde de la taille de l’Everest tombait sur Terre, modifiant durablement le climat et entraînant la mort de nombreuses espèces animales dont la quasi-totalité des dinosaures… ce qui a d’ailleurs permis aux mammifères de conquérir le monde. Mais tous les dinosaures n’ont pas disparu. Les oiseaux – notamment parce qu’ils étaient plus petits – ont pu survivre au cataclysme.

Une nouvelle étude, parue dans la revue Current Biology, montre néanmoins que les oiseaux anciens ont payé un lourd tribut lors de la catastrophe : d’après les auteurs, chercheurs à l’université de Bath au Royaume-Uni, seuls quelques oiseaux préférant se mouvoir sur le sol plutôt que dans les airs, ont survécu à la chute de l’astéroïde.

Reconstitution du type d’oiseau ayant survécu à la crise du Crétacé-Tertiaire© Philipp M. Krzeminski

Pour étayer leur thèse, les chercheurs ont multiplié leurs sources. Les archives fossiles végétales montrent notamment que la plupart des forêts ont brûlé lors de la catastrophe, anéantissant l’habitat principal des oiseaux. Moins impactés par cet événement, quelques oiseaux terrestres, sans doute semblables aux actuels tinamous d’Amérique du Sud, ont pu continuer à vivre, ce que semblent confirmer les archives paléontologiques. Tous les oiseaux modernes sont vraisemblablement issus de ces survivants, ce qui implique qu’ils ont dû réapprendre à conquérir les airs et à nicher dans les arbres.

L’hypothèse, séduisante, n’en demeure pas moins incomplète. Elle n’explique pas pourquoi les oiseaux marins, sans lien avec une vie arboricole, ont également disparu il y a 66 millions d’années.

Retour en haut