SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Les visions lunaires de la Princesse et du Lapin de jade

Deux ans après avoir envoyé une mission sur la Lune, l’agence spatiale chinoise vient de rendre publiques des centaines d’images inédites de notre satellite.

Rappelez-vous. Le 14 décembre 2013, la Chine devenait le troisième pays – après l’URSS et les États-Unis – à atterrir en douceur sur la Lune. Un peu plus de deux ans après cet exploit, l’agence spatiale chinoise vient de mettre à la disposition des internautes une vaste moisson d’images très détaillées (assemblées et retravaillées ici par Emily Lakdawalla de la Planetary Society). Un effort de communication sans précédent, qui permet de redécouvrir notre satellite.

La sonde Chang’e 3, portant le nom de la princesse lunaire d’une légende asiatique, a été lancée le 1er décembre 2013. Elle s’est posée deux semaines plus tard dans la mer des Pluies, une vaste région plate de l’hémisphère nord de la Lune. Quelques heures après l’atterrissage, une petite automobile robotisée était déposée sur le sol lunaire. Baptisée Yutu – « le Lapin de Jade » –, elle était destinée à observer le site, l’analyser, et renvoyer ses données vers la Terre.

L’atterrisseur Chang’e photographié par Yutu. D’une masse de 1 200 kg, il est alimenté en énergie par des panneaux solaires. Il est équipé de caméras et d’un télescope astronomique ultra-violet.
Les premiers tours de roue de Yutu sur le sol lunaire photographiés par Chang’e. Deux caméras surmontent l’antenne de communication. Deux panneaux solaires alimentent en énergie les six roues de la petite automobile.
Autoportrait de Yutu
Les traces de Yutu laissées sur le régolithe lunaire.
Baptisé « la pyramide », ce rocher a été éjecté lors d’un impact météoritique.
Yutu explore la Lune. Le robot a parcouru une boucle autour de l’atterrisseur, s’éloignant d’une cinquantaine de mètres de Chang’e. Un problème mécanique l’a immobilisé alors qu’il était revenu à une vingtaine de mètres de son point de départ.

Si l’atterrisseur devait fonctionner durant une année, Yutu était destiné à rouler durant trois mois. Mais au bout d’un mois et demi, un problème mécanique l’a immobilisé. Stationné à une quinzaine de mètres de Chang’e, le Lapin de Jade, comme dans la légende, tient désormais compagnie à la princesse. Les deux engins, l’atterrisseur et l’automobile, émettent toujours vers la Terre et servent maintenant à étudier le vieillissement des composants dans le vide lunaire et à des températures extrêmes.

La Chine ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. La mission Chang'e 4, qui pourrait avoir lieu en 2018, visera à explorer la face cachée de la Lune. Plus ambitieuse encore, la mission Chang'e 5, prévue vers 2025, tentera de rapporter sur Terre des échantillons lunaires.

Images : Chinese Academy of Sciences/China National Space Administration/The Science and Application Centre for Moon and Deep Space Exploration/Emily Lakdawalla.

Retour en haut