SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Homme & Société

Mal vus, les deux-roues ?

L'étude européenne MAIDS, rendue publique en 2004, est le premier travail de grande ampleur consacré à l'accidentologie des deux-roues à moteur. Parmi ses nombreuses conclusions, elle pointe comme principale cause d'accident la mauvaise perception des motards par les autres conducteurs.

Ce n'est pas en soi une surprise qu'une erreur humaine soit la cause de près de 90% des accidents impliquant un deux-roues à moteur. 

MAIDS : principes de base d'une étude en profondeur

L'étude MAIDS (Motorcycle Accidents In-Depth Study) a été confiée par un groupement de constructeurs de deux-roues à moteur à cinq groupes de recherche localisés en France, Espagne, Italie, Allemagne et Pays-Bas.

Elle porte sur l'étude détaillée de 921 accidents selon des critères développés par l'OCDE (environ 2000 paramètres relevés par accident) et inclut 923 cas « de contrôle ». Il s'agit là de renseignements collectés auprès de conducteurs n'ayant pas eu d'accidents, de façon à repérer des facteurs de risque susceptibles d'apparaître plus souvent chez les usagers impliqués dans un accident que dans la population globale.

Il a, par exemple, été montré que les conducteurs qui ne ne disposent pas d'un permis de conduire valide pour leur catégorie de véhicule ont plus de risques d'être impliqués dans un accident. De même, les conducteurs de deux-roues situés dans la tranche d'âge 41-55 ans sont sous-représentés chez les accidentés par rapport à la population générale alors que les 18-25 ans sont sur-représentés.

Les résultats complets de l'étude sont disponibles sur le site de l'ACEM (Association of European Motorcycle Manufacturers).

L'étude MAIDS relève que cette erreur a été le fait du motocycliste dans 37% des cas et du conducteur de l'autre véhicule dans un peu plus de 50% des cas. La différence de vitesse entre le deux roues et les autres véhicules a été retenue comme facteur causal de l'accident dans 18% des cas alors que dans 74% des cas, cette vitesse a été considérée comme normale par rapport aux conditions de circulation.
Retour en haut