SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Innovation & Technologie

Mégatours : toujours plus haut !

Depuis une dizaine d’années, les tours géantes franchissent des records au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique du Nord et en Europe. Par quelles prouesses techniques ? Et jusqu’où iront-elles ?

Début 2013, l’Arabie Saoudite lançait officiellement le projet de tour pharaonique de plus d’un kilomètre de hauteur à Djeddah. Baptisée Kingdom Tower, elle deviendra en 2017 la tour la plus haute du monde, surpassant la Burj Khalifa de Dubaï et ses 828 mètres. Avant la fin de l’année 2013, la London Bridge Tower, surnommée The Shard, c’est-à-dire « Le Tesson », perdra quant à elle son titre de plus haute tour d’Europe au profit de la Mercury City Tower de Moscou, haute de 339 mètres. Si les tours géantes prolifèrent, c’est d’abord parce que de multiples progrès permettent d’abolir les limites techniques, ouvrant la voie à des hauteurs de plus en plus vertigineuses. Mais c’est aussi parce que ces mégatours restent, comme par le passé, les porte-drapeaux de pays désireux de montrer leur toute-puissance économique. Une course dans laquelle les pays prospères d’Asie et du Moyen-Orient prennent désormais le dessus sur les économies occidentales en crise.

Retour en haut