SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Innovation & Technologie

Métallurgie : une science en chute libre ?

Les Académies des sciences et des technologies publient un rapport alarmiste sur l'état des recherches dans le secteur de la métallurgie en France.

Une science à part entière

Cuve en Invar d'un méthanier Cuve en Invar d'un méthanierUn méthanier est un navire servant à transporter du gaz naturel liquéfié dans ses citernes. L’Invar est un alliage de fer et de nickel qui a la particularité de présenter un coefficient de dilatation thermique dix fois plus faible que celui des aciers. Le personnage, visible en bas à gauche de l'image, donne l'échelle. © DR

Le 20 janvier, l'Académie des sciences et l'Académie des technologies ont présenté un rapport intitulé « La métallurgie, science et ingénierie ». Pour Alain Carpentier, président de l'Académie des sciences, « l'objectif est d'attirer l'attention des pouvoirs publics sur la situation dramatique de la métallurgie en France ». Si au début du XXe siècle, métallurgie rimait avec fonderie, un siècle plus tard, la discipline a un autre visage.

En effet, alliages spéciaux pour l'aéronautique, le bâtiment, l'automobile ou le nucléaire sont régulièrement élaborés et ce, à partir d'acier, aluminium, titane, inox ou cuivre. Autant d'éléments permettant de transformer les métaux, améliorer les composants électriques et électroniques, développer les biens d'équipement ainsi que ceux de consommation (industrie automobile, équipements du foyer). « Le savoir lié à l'extraction, l'élaboration et l'utilisation des métaux a toujours été, demeure et restera d'importance vitale », notent les rapporteurs. Chimie, physique, mécanique... ont été sollicitées pour mener à bien les évolutions technologiques et contribuer à l'émergence des métiers spécifiques autour de la filière des métaux.

Des centres de recherches spécialisés

Retour en haut