SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

« Panier de crabes » au Panama

Panama, ses plages, son soleil, ses évadés fiscaux… et ses galathées ! Des océanographes ont eu la surprise de découvrir un gigantesque groupe de ces petits crustacés rouges dans la réserve marine d’Hannibal Bank.

Pleuroncodes planipes © Pomax

Au printemps dernier, alors qu’ils exploraient un « hot spot » de biodiversité au large du Panama, des scientifiques du Woods Hole Oceanographic Institution – une organisation à but non lucratif parcourant les mers pour étudier les écosystèmes marins – ont fait une découverte surprenante. Au cours d’une excursion à bord d’un sous-marin autonome, les océanographes ont d’abord cru distinguer un nuage de sédiments près du fond océanique. Arrivés à 350 m de profondeur, ils ont découvert une véritable marée noire vivante.

Des centaines de crustacés rouges de l’espèce Pleuroncodes planipes, communément appelée galathée pélagique, étaient agglutinés jusqu’à des densités de 78 individus/m2 sur une distance de 1,6 km. Une véritable surprise pour les scientifiques puisque cette espèce, identifiée grâce des analyses ADN, n’a jamais été observée auparavant à des latitudes aussi basses. Ces crustacés rouges de 3 cm de long vivent dans des zones acides et pauvres en oxygène. Des endroits inhospitaliers qui ne sont pas fréquentés par les prédateurs comme les poissons, les oiseaux ou encore les mammifères marins.

En apparence sécurisant, l’habitat des galathées se révèle toutefois plus dangereux qu’il n’y parait. En juin 2015, quelques semaines après la découverte, des milliers de Pleuroncodes planipes ont été retrouvés échoués sur les côtes californiennes suite aux conditions climatiques liées au phénomène El Niño. Ces écosystèmes acides sont mal connus et pourraient nous aider à mieux comprendre les mécanismes adaptatifs des êtres vivants face aux changements climatiques et à l’acidification des océans.

Retour en haut