SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Biologie & Santé

Pas de troisième âge pour les fourmis

Des biologistes américains viennent de montrer que les fourmis de l’espèce Pheidole dentata ne vieillissent pas en prenant de l'âge. Ce qui ne les rend immortelles pour autant...

Si vous ne savez pas ce que c’est de vieillir, vous le saurez un jour. Jeune et fringant aujourd’hui, vous devriez normalement voir votre corps et votre esprit se dégrader avec les années. Sauf si vous êtes une Pheidole dentata, une fourmi du sud-est des États-Unis...

Une étude sur ces fourmis vient en effet de paraître dans la revue Proceeding of the Royal Society. L’insecte vivant en moyenne 140 jours en laboratoire, des tests ont été effectués afin d’analyser l’état physiologique de ces fourmis à 20, 40, 95 et 120 Jours.

Surprise : l’étude constate qu’il n’y a aucune différence significative de comportement social entre des jeunettes de 20 jours et des vieillardes de 95 ou 120. Les ouvrières âgées s’occupent des larves, recherchent la nourriture, ou combattent aussi bien que les jeunes, et leur esprit semble toujours aussi aiguisé. Du coup, les chercheurs ont examiné les cerveaux des fourmis jeunes et âgées. Ils n’ont pas trouvé chez les vieilles fourmis la diminution de dopamine ou de sérotonine qui caractérise le vieillissement chez les autres espèces animales.

Il n’y a pas de différence significative entre les structures neuronales d’une jeune fourmi (20 jours) et d’une plus âgée (ici 95 jours).

Mais si elles ne vieillissent pas, pourquoi ne sont-elles pas immortelles ? Les chercheurs supposent que dans la nature, accidents et prédateurs font que les fourmis meurent avant la sénescence. En laboratoire, il semble que dans les derniers moments de leur vie, les fourmis déclinent brutalement avant de mourir. Quoi qu’il en soit, elles passent la plupart de leurs jours en pleine possession de leurs moyens et ne doivent pas se plaindre de leurs vieilles douleurs. 

Retour en haut