SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie Homme & Société

Premier massacre de masse

En découvrant au Kenya 27 squelettes vieux de 10 000 ans, des archéologues de Cambridge ont sans doute mis au jour les traces du plus vieux massacre de masse connu de l’histoire de l’humanité.

Il y a 10 000 ans, un groupe de 27 chasseurs-cueilleurs – des hommes, des femmes, mais aussi des enfants – trouvaient subitement la mort près du lac Turkana, au Kenya. Difficile de savoir exactement les circonstances de cette hécatombe, sinon que ces nomades sont morts de mort violente.

Marta Mirazon Lahr, anthropologue à l'Université de Cambridge (Royaume-Uni), et son équipe ont retrouvé en 2012 les restes d'au moins 27 corps datant de 10 000 ans près du lac Turkana, au Kenya.© Marta Mirazon Lahr

Parmi les douze corps bien conservés retrouvés en 2012 par une équipe internationale, dix ont subi des blessures mortelles au crâne, dans la nuque, et portent des traces de fractures. Des pointes de flèches ont même été retrouvées sur place, dont deux restées fichées dans le crâne de leurs victimes. Quant aux deux autres squelettes, la position des mains suggère qu’ils ont été ligotés jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Recroquevillé sur lui-même, le squelette de cet homme porte des blessures infligées par des coups et par des pointes de flèches.© Marta Mirazon Lahr
Le crâne de cet homme présente des lésions multiples sur le devant et sur le côté gauche, en conformité avec des blessures infligées par un instrument contondant.© Marta Mirazon Lahr
La position de ces mains laisse supposer qu'elles étaient attachées. © Marta Mirazon Lahr

Guerre de territoires entre clans ennemis, voyageurs massacrés pour leur nourriture, le mystère reste entier. Alors que le crime individuel semble avoir accompagné l’histoire de l’humanité, les meurtres collectifs et les scènes de bataille sont encore rares à la préhistoire. Certains chercheurs prétendent même que le meurtre de masse ne serait arrivé que tardivement dans l’histoire de l’homme avec la sédentarité, l’agriculture et leurs corollaires : la constitution de stocks de nourriture, le pouvoir, le territoire et la propriété. Sans trancher la question, le site kényan daté de 10 000 ans alimente le débat.

Retour en haut