SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement Innovation & Technologie

SeaOrbiter bientôt en chantier

Plus de dix ans après avoir été initié, le projet de station océanologique SeaOrbiter imaginée par l'architecte Jacques Rougerie pourrait enfin voir le jour. Sa contruction doit commencer au printemps 2014 dans les chantiers navals de Saint-Nazaire et de Cherbourg.

Près de dix ans que ce projet a été lancé... C'est au printemps prochain, dans les chantiers de Saint-Nazaire et de Cherbourg, que la construction du vaisseau océanologique SeaOrbiter devrait finalement commencer.

© SeaOrbiter/Jacques Rougerie

SeaOrbiter, c’est le rêve de l’architecte Jacques Rougerie, à qui l’ont doit de nombreuses créations subaquatiques comme les « maisons sous la mer », conçues avec le commandant Cousteau, ou encore les aquariums de Nausicaa ou d’Océanopolis. Nous l'avions d'ailleurs rencontré lors des premières présentations de son projet en 2005.

Pour l’heure, SeaOrbiter n’existe encore que sur ordinateur, mais quand il verra le jour en 2015, il apparaîtra sous la forme d’un gigantesque vaisseau d’aluminium de 550 tonnes, haut de 58 mètres et plongeant jusqu’à 31 mètres sous la surface. Sur 12 niveaux, il pourra accueillir jusqu’à 22 hommes d’équipage et scientifiques.

En dehors de son aspect original, SeaOrbiter ne sera pas un bateau océanographique comme les autres. Plutôt que de naviguer, il se laissera emporter par les courants océaniques pour offrir aux scientifiques une plateforme d’observation continue de la biosphère marine.

En outre, une zone habitable située sous le niveau de la mer sera pressurisée, permettant ainsi aux plongeurs d’effectuer des sorties répétées sans avoir à respecter des paliers de décompression.

D’un montant de 35 millions d’euros, le budget est en partie assuré par un consortium d’industriels. Mais Jacques Rougerie fait également appel au financement participatif via la structure KissKissBankBank, et propose à tout un chacun de participer au financement du cockpit… avec, à la clé, une invitation à bord de ce vaisseau futuriste.

Retour en haut