SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Homme & Société Biologie & Santé

Un dos pour courir

Parmi les bonnes résolutions de nouvelle année, vous avez peut-être prévu de vous mettre à la course à pied. Si tel est le cas, musclez votre dos ! Et pas n’importe comment… C’est le conseil (très sérieux) donné par une équipe de l’université de l'Ohio.

Beaucoup de joggeurs se plaignent de maux de dos chroniques. Afin de comprendre pourquoi, des chercheurs américains ont attentivement observé des coureurs en pleine action. Comme ils le rapportent dans le Journal of Biomechanics de janvier 2018, ils se sont intéressés aux muscles dits « profonds », qui sont proches des articulations et assurent le maintien du squelette. Ils sont appelés ainsi par opposition aux muscles superficiels, bien visibles sous la peau et qui assurent les fonctions motrices du corps, à l’instar du muscle droit de l’abdomen ou grand droit. Or les coureurs se concentrent souvent sur leurs abdominaux les plus superficiels, mais pas assez sur leur dos.

Professeur associé en thérapie physique et ingénierie biomédicale, Ajit Chaudhari (à droite) et un collègue étudient les modèles informatiques des coureurs réalisés lors de l'étude. © Centre médical Wexner, université fédérale de l'Ohio

Grâce à des techniques de détection du mouvement et des plateformes de mesure de la force, les chercheurs ont élaboré les modèles informatiques du corps de huit sujets. En activant ou désactivant certains groupes musculaires, ils ont ensuite observé comment était compensée une faiblesse de certains muscles profonds comme le transversaire épineux ou multifide, le carré des lombes, le psoas et les muscles érecteurs du rachis. Et ils ont ainsi constaté que lorsque les muscles superficiels sont sur-sollicités, la charge pesant sur les vertèbres lombaires peut augmenter de 20 %, une cause possible de blessures et de douleurs chroniques.

Planche réalisée sur un Bosu, plateforme rigide sur une demi-sphère souple gonflée d’air (et donc instable). © Centre médical Wexner, université fédérale de l'Ohio

Chez les sportifs, la musculature profonde – moins facilement accessible, moins visible – est souvent affaiblie. Que faire, alors ? Accroître les muscles stabilisateurs grâce à des positions tenues sur des surfaces instables, comme sur la photo. 

Retour en haut