SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Un scorpion géant hantait les mers il y a 460 millions d'années

Une nouvelle espèce de scorpion des mers géant a été découverte dans l’Iowa, aux États-Unis, par une équipe de paléontologues de l’université de Yale. Vieux de 460 millions d’années, c’est le plus ancien spécimen d’euryptéride découvert à ce jour.

Les euryptérides ou gigantostracés comprennent 250 espèces connues dont 11 seulement pour l'Ordovicien (485 à 445 millions d'années).© Université de Yale (Etats-Unis)

Le bestiaire des monstres peuplant les mers préhistoriques vient de s’enrichir. Le fossile d’un scorpion de mer géant, appartenant à une espèce inconnue jusqu’alors, a été découvert aux États-Unis par une équipe de chercheurs de l’université de Yale. C’est en creusant dans la couche supérieure de la Winneshiek Shale, dans le nord de l’Iowa, près de la ville de Decorah, que les paléontologues ont mis au jour ce fossile particulièrement bien conservé. Une découverte décrite dans un article de la revue BMC Evolutionary Biology parue le 1er septembre.

Un scorpion cuirassé comme une galère grecque

Baptisé Pentecopterus decorahensis pour ses similitudes avec le pentecoptère – un navire de guerre antique grec – tant pour sa forme que pour son comportement de prédateur, il nageait dans les mers préhistoriques du milieu de l’Ordovicien (Darriwilian), il y a 460 millions d’années. C’est l’espèce la plus ancienne d’euryptéride, apparentée aux arachnides modernes, retrouvée à ce jour. Un record, car il repousse de neuf millions d’années leur origine. Leur allure était proche des scorpions actuels bien que d’une dimension sans commune mesure. Appartenant aux plus grands arthropodes ayant existé sur Terre, il pouvait atteindre 2,5 mètres de long. Leur gigantisme a probablement été favorisé, selon les paléontologues, par une eau riche en oxygène. 

Cette nouvelle espèce est représentée par plus de 150 fragments de fossiles – ici des appendices (podomères) articulés du scorpion de mer. Ils ont été découverts dans la couche supérieure de la Winneshiek shale, (nord de l’Iowa) qui est une source abondante de faunes fossiles. Celle-ci est constituée d’un schiste de sable épais de 27 mètres. Elle comble un ancien cratère d’environ 5,6 kilomètres de diamètre conséquence de l’impact d’une météorite, tombé il y a 470 millions d’années et traversé actuellement par la rivière Upper Iowa.© James Lamsdell

Un fossile « bizarre » et bien conservé

Le Pentecopterus ne déroge pas à la règle. Il mesure plus de 1,5 mètre de long, ce qui en fait le plus grand euryptéride connu de la période. Mais ce qui a particulièrement intrigué James Lamsdell, auteur principal de l’étude, c’est sa forme étrange. « Le membre en forme de raquette dont il se servait pour nager est unique, tout comme la forme de sa tête, aplatie », a-t-il déclaré au journal BMC Evolutionnary Biology. Mais le plus surprenant reste l’état de conservation du fossile. L’exosquelette de l’animal était compressé dans le rocher, mais il a pu être décollé et étudié au microscope, révélant ainsi d’autres surprises.

De nombreux détails sont visibles sur l'exosquelette du Pentecopterus decorahensis comme les soies recouvrant sa partie ventrale. © James Lamsdell

C’est ainsi qu’une multitude de détails, comme des traces de petits poils sur les pattes, sont apparus de façon tellement précise que les paléontologues ont eu le sentiment d’étudier un animal contemporain. Tout comme certaines parties du corps, la préservation des traces de ces follicules et des soies (poils raides) ont permis aux chercheurs de les comparer à des espèces actuelles et d’en imaginer les fonctions. Les membres situés à l'arrière sont recouverts de soies denses comme celles que l’on peut retrouver sur les étrilles. Celles-ci ont pour fonction d’étendre la surface de la palette natatoire lorsque l’animal nage. Par contre, la taille des follicules suggère, selon les paléontologues, que ces soies ont pu aussi avoir une fonction sensorielle.

Les éléments des fossiles retrouvés ont également permis aux chercheurs d’interpréter les fonctions de certaines parties du corps de l’animal. Les pattes les plus en arrière possèdent une large palette natatoire. Les articulations semblent être verrouillées réduisant ainsi leur flexibilité, ce qui suggère que le Pentecopterus utilisait ce membre pour nager ou pour creuser.

Les deuxième et troisième paires de membres s’inclinaient probablement vers l’avant, ce qui les implique plutôt dans la capture de proies que dans la locomotion. Les trois paires de membres les plus en arrière sont plus courtes que les paires avant, induisant que le Pentecopterus a pu marcher sur six pattes au lieu de huit. (Reconstruction d'un pentecopterus decorahensis adulte.)

Loin d’être rares, les euryptérides font partie des principaux superprédateurs des périodes géologiques suivantes (Silurien et Dévonien). Incroyablement résistants, ils subsistent à plusieurs grandes extinctions. De moins en moins adaptés à leur environnement, ils finissent par disparaître définitivement il y a 248 millions d’années, lors de la grande crise du Permien, laissant alors la place aux dinosaures.

Retour en haut