SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Interviews
Espace & Astronomie

Une 9e planète encore trop virtuelle

En étudiant les orbites de six corps lointains, des astronomes américains émettent l’hypothèse de l’existence d’une 9e planète dans notre système solaire. Le point de vue d’Alain Lecavelier des Étangs, astrophysicien à l’IAP.

Schéma des orbites des six corps de la ceinture de Kuiper autour d'une 9e planète virtuelle (orbite jaune). Les orbites (en violet) ,sur le même plan, pointent de façon surprenante, toutes vers le soleil. Les astronomes américains expliquent ce phénomène par la présence d’une 9e planète dont l’orbite, elle, se dirige dans l’autre direction. © Caltech/R. Hurt (IPAC); [Diagram created using WorldWide Telescope.]

Une 9e planète dans notre système solaire ? C’est l’hypothèse de deux chercheurs du California Institute of technology (Caltech). Dix fois plus massive que la Terre, elle serait située aux confins du système solaire, au-delà de l’orbite de la planète Neptune, entre 200 et 1 200 UA (Unité astronomique : 1 UA équivaut à la distance Terre-Soleil). Il lui faudrait plus de 15 000 ans pour faire le tour du soleil. Il serait donc particulièrement difficile de l’observer, y compris avec les plus grands télescopes actuels.

Pas encore une découverte

À l’origine de leur théorie, deux phénomènes inexpliqués. Les orbites de six corps de la ceinture de Kuiper se croisent au niveau de leur périhélie, le point le plus proche du Soleil. Leur plan orbital est aussi très similaire. Ces concomitances ne peuvent être dues au hasard selon les deux astronomes. Il l’explique donc par l’existence de cette planète géante, qui aurait été conçue à la même époque que Neptune et Uranus, puis éjectée vers les confins du système solaire.

La rigueur de l’étude n’est pas remise en cause par les scientifiques. En revanche, ses conclusions prêtent à discussion. Une étude française à paraître prochainement pourrait nous en apprendre un peu plus. Un feuilleton à suivre très prochainement sur Science Actualités...

Source : Astronomical journal, 20 janvier 2016

Retour en haut