SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Innovation & Technologie Biologie & Santé

Une pilule électronique dans le tube digestif

Nous sommes nombreux – notamment après les fêtes – à connaître des problèmes de digestion. Pour lutter contre ces désagréments, mais aussi contre les maladies gastro-intestinales, une équipe australienne vient de mettre au point une gélule électronique capable de réaliser des mesures au sein du tube digestif. Un dispositif qui a déjà permis de dévoiler quelques secrets du corps humain.

© RMIT

La capsule conçue à l’université RMIT de Melbourne est à peine plus grosse qu’une gélule de vitamine, mais elle regorge d’électronique. Après avoir été ingérée, elle est capable, durant son trajet dans le tube digestif, de détecter et de mesurer en temps réel les différents gaz présents dans l’estomac ou l’intestin, qu’il s’agisse de l’hydrogène, du dioxyde de carbone ou encore de l’oxygène. Grâce à une connexion sans fil, ces données sont immédiatement consultables sur un smartphone.

Sans danger pour le patient, le dispositif constitue ainsi une alternative avantageuse face à d’autres méthodes de diagnostic plus invasives comme la coloscopie.

© RMIT

Effectués sur sept patients, les premiers essais sont plutôt prometteurs puisque la capsule électronique a permis de mettre au jour des mécanismes du corps humain encore jamais observés. Par exemple, les chercheurs ont pu observer la libération de composés oxydants capables de détruire des corps étrangers restés trop longtemps dans l’estomac. En soit, il pourrait s’agir d’un système de défense inédit. Autre découverte, chez les patients ayant suivi un régime riche en fibres, de l’oxygène a été découvert dans le côlon. Un résultat en parfaite contradiction avec les connaissances actuelles.

© RMIT

La gélule électronique n’est pour l’instant qu’à l’état de prototype, mais, après ces premiers résultats encourageants, ses concepteurs aimeraient réaliser un essai clinique de phase II, à savoir sur un nombre plus important de patients. Une étape incontournable pour que les médecins puissent un jour utiliser ce procédé.

Retour en haut