SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Une vision du monde au XVIe siècle

En faisant l’acquisition d’un atlas vieux de 430 ans, le collectionneur américain David Rumsey a pu reconstituer la plus grande carte du monde conçue au XVIe siècle. Une œuvre rare et méconnue qui nous renseigne sur l’état des connaissances durant la Renaissance ainsi que sur son auteur, l’Italien Urbano Monte.

© Cartography Associates

Créée en 1587, cette carte, longue de de 2,75 mètres de côté, est sans doute la plus grande carte mondiale jamais réalisée au XVIe siècle. Pourtant, depuis 430 ans, personne ne l’avait jamais vue sous cette forme…

Ce projet cartographique est la réalisation d’Urbano Monte (1544-1613), un érudit milanais qui a tenté de présenter dans un atlas unique l’état des connaissances géographiques de son époque. Cet ouvrage – qui existe en trois exemplaires – est constitué de 60 feuillets destinés à être assemblés pour former une carte monumentale, ce que personne n’avait réalisé jusqu’à présent.

L’un des 60 feuillets de l’atlas d’Urbano Monte.© Cartography Associates

En septembre dernier, le grand collectionneur américain David Rumsey a pu faire l’acquisition du second exemplaire de cet atlas, et en a fait scanner chaque feuillet. Grâce à un travail informatique, la carte complète a pu être reconstituée, et son fac-similé vient de faire l'objet d'une présentation à l’université de Stanford.

Projection azimutale

Cette carte est étonnante à bien des égards. Sa représentation circulaire, par exemple, est très inhabituelle pour l’époque. Il s’agit d’une projection azimutale polaire qui n’a été popularisée qu’au XXe siècle et que l’on retrouve notamment sur l’emblème de l’Onu, une forme souhaitée par le cartographe afin de faciliter sa consultation sur une table rotative.

© Cartography Associates

Autre signe de modernité, Urbano Monte a intégré – en s’appuyant sur les travaux de grands cartographes – toutes les terres récemment découvertes. On notera à quel point la plupart des continents y sont correctement représentés. On y distingue néanmoins toutes les approximations de l’époque. Le pôle Nord est ainsi représenté sous forme de quatre îles, selon une description vraisemblablement inspirée de la Genèse.

Urbano Monte a également parsemé sa carte d’un bestiaire fantastique : des licornes, des centaures, des sirènes, et même un oiseau s’envolant avec un éléphant entre les serres...

La carte d’Urbano Monte est parsemée de monstres.© Cartography Associates

Piètre dessinateur, Urbano Monte s’est clairement inspiré d’autres cartographes – notamment Michele Tramezzino – pour esquisser ces monstres. La copie est rarement à la hauteur de l’original...

À gauche, l'original de Michele Tramezzino ; à droite, la copie réalisée par Urbano Monte.© Cartography Associates

À noter que cette carte venue du fond des âges est accessible gratuitement sur le site de David Rumsey. Une version modifiée permet même de la consulter directement sur Google Earth.

Retour en haut