SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Archéologie & Paléontologie

Vampires et suspicion

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la peur des vampires était à son apogée en Europe de l’Est. Les étrangers n’étaient pas les seuls à en faire les frais : six squelettes polonais sont là pour le prouver !

© Gregoricka et al. Plos One

À Drawsko en Pologne, comme dans le reste de l’Europe de l’Est, la peur des vampires a sévi pendant deux siècles. Les personnes suspectées de se réveiller d’entre les morts faisaient l’objet, à leur décès, de rituels destinés à leur garantir un sommeil éternel.

Six squelettes exhumés dans le cimetière de Drawsko portent la trace de ces rituels : l’un a été enterré avec une faucille placée en travers du cou, un autre avec une pierre sur la gorge. Pour savoir si les victimes de ces sévices post-mortem étaient natives ou étrangères à la région, une équipe américaine dirigée par Lesley A. Gregoricka a comparé les isotopes de strontium* retrouvés dans l’émail des dents des squelettes à ceux des animaux de la région.

Or le résultat surprend : aucun des corps étudiés n’était étranger à la région. Les victimes de ces rituels n’avaient pas été stigmatisées pour leur origine… mais peut-être pour la cause de leur décès. Selon les chercheurs, ces hommes et ces femmes seraient peut-être morts lors d’une épidémie de choléra qui a frappé la Pologne au XVIIe siècle. La maladie était alors mal connue et ses symptômes (vomissements, diarrhées) auraient été perçus comme le signe d’une emprise surnaturelle.

* Le strontium (Sr) est un métal qui regroupe plusieurs isotopes stables et radioactifs. Il est abondant dans la nature et se trouve surtout dans les roches et les sédiments volcaniques. Avec l'érosion des sédiments et leur dispersion dans l'eau et les ressources alimentaires, il est absorbé par l'organisme qui l'incorpore dans les tissus osseux, de la même manière que le calcium. Le ratio isotopique du strontium varie d'une région géographique à l'autre. Par conséquent, l'analyse des ratios isotopiques du strontium des os peut aider à déterminer l'origine géographique d'une personne ou à distinguer des squelettes retrouvés ensemble, mais qui ont appartenu à des individus d'origines géographiques différentes.

Retour en haut