SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des sciences et de l'industrie

Moustiques, la guerre est déclarée

Un dossier de Science actualités

Le dossier

Et si les moustiques disparaissaient...

L’éradication des moustiques pourrait avoir de lourdes conséquences pour la faune, la biodiversité et l’ensemble des équilibres des écosystèmes.

À quoi ressemblerait un monde sans moustique ? Nos soirées et nos nuits estivales seraient certes plus agréables, mais d’autres effets se feraient sentir. Ainsi, la disparition des moustiques entraînerait un déséquilibre du régime alimentaire de nombreuses espèces animales. Ses larves aquatiques, situées juste sous la surface des eaux stagnantes, sont en effet appréciées des poissons des marais (comme les gambusies), des oiseaux aquatiques, des lézards, des insectes (coléoptères, libellules), des batraciens et des petits crustacés d’eau douce. Une fois adulte, le moustique reste un repas très prisé par les hirondelles, les chauves-souris, les libellules et les araignées. Dans la plupart des cas, la carence en moustiques pourrait être compensée par le report sur d’autres ressources alimentaires, mais pas pour les espèces qui se nourrissent quasi-exclusivement de moustiques, comme la gambusie. La disparition des moustiques aurait aussi un impact négatif sur la biodiversité : tout comme les abeilles, les moustiques butinent et participent à la pollinisation des plantes. Enfin, certains milieux aquatiques deviendraient pollués. Les larves se nourrissent en effet de feuilles en décomposition, de déchets organiques et de micro-organismes présents dans l’eau, jouant ainsi un rôle de filtre nettoyant. Entre effets positifs (pour la santé) et négatifs (pour les écosystèmes), l’impact de la disparition totale des moustiques reste difficile à évaluer et simuler.


Retour en haut