SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des sciences et de l'industrie

Moustiques, la guerre est déclarée

Un dossier de Science actualités

Le dossier

La lutte contre les moustiques

Pour pallier la baisse d’efficacité des méthodes traditionnelles, les chercheurs développent de nouvelles stratégies basées sur la génétique.

Comment éviter la prolifération des moustiques et les empêcher de nous piquer ? Outre les méthodes classiques de protection collective (épandage aérien d’insecticides chimiques, opérations d’éradication des points d’eau stagnante…) et individuelle (répulsifs, moustiquaires, vêtements couvrants...), de nouvelles stratégies, basées sur des recherches récentes dans le domaine de la génétique, voient le jour. La première : lâcher dans la nature des moustiques mâles génétiquement modifiés pour donner naissance à une progéniture incapable de survivre. Ces insectes stériles sont répandus en grand nombre sur une zone donnée où ils entrent en compétition avec les autres mâles reproducteurs. S’ils sont suffisamment nombreux, ce sont avec eux que les femelles vont s’accoupler de préférence, enrayant ainsi le cycle naturel de reproduction. Lors de tests menés aux Îles Caïman, cette technique, en cours d’évaluation par l’OMS, a entraîné une baisse importante (de près de 90 %) de la population d’Aedes aegypti, vecteur notamment de Zika et de la dengue. Autre solution prometteuse : l’utilisation d’une bactérie, la wolbachia, qui immunise le moustique contre la dengue. Il ne peut donc plus transmettre la maladie à l’homme. En outre, les moustiques mâles porteurs de cette bactérie (qui n’infecte ni l’humain, ni les autres mammifères) donnent naissance à des oeufs non viables (à 97 %), stoppant ainsi le cycle de reproduction. Des lâchers massifs de moustiques porteurs de la wolbachia ont déjà été effectués en 2015 au Brésil et en Chine ; d’autres devraient suivre en Floride.


Retour en haut