SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des sciences et de l'industrie

La vaccination en débat

Un dossier de Science actualités

Le dossier

Bilan mitigé à l'international

Le recul de la vaccination ne touche pas que les pays riches. Les pays en développement y sont aussi confrontés.

La France n’est pas le seul pays à faire face à une défiance vis-à-vis de la vaccination. Cela concerne de nombreux pays riches (États-Unis, Japon, Grande-Bretagne…) mais aussi, et c’est beaucoup plus problématique d’un point de vue sanitaire, les pays en développement. Les critiques portent notamment sur les vaccins contre la poliomyélite ou la méningite, accusés à tort de rendre stérile ou d’inoculer le sida. On constate aussi des problèmes d’accès limités aux services locaux de vaccination ainsi qu’un manque de financement des campagnes internationales de vaccination. Résultat : un bilan en demi-teinte de la vaccination dans le monde. Parmi les points positifs, la couverture mondiale du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la polio a bondi de 20 % à 80 % entre 1980 et 2000, même si elle stagne à 86 % depuis le milieu des années 2000 (1).

Point négatif : selon l’Organisation mondiale de la santé, 1,5 million d’enfants de moins de 5 ans décèdent encore chaque année de maladies qui pourraient être évitées grâce à la vaccination (tous vaccins confondus). Parmi ces maladies, les infections à pneumocoques et à rotavirus sont les principales tueuses, suivies des méningites et de la coqueluche. Ainsi, si le bénéfice de la vaccination s’observe moins facilement dans des pays comme la France où les maladies infectieuses ont reculé, il suffit de regarder à l’échelle planétaire pour constater la mortalité évitable grâce à la vaccination.

 

(1) C’est le pourcentage d’enfants dans le monde qui ont bénéficié d’au moins trois injections de DTPolio, d’après l’OMS.


Retour en haut