SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des sciences et de l'industrie

Trous noirs, une étrangeté cosmique

Un dossier de Science actualités

Le dossier

Troublants trous noirs...

Qu’ils habitent le coeur d’une galaxie ou qu’ils proviennent des restes d’une étoile, les trous noirs intriguent, notamment pour leur fort pouvoir d’attraction.

Les trous noirs sont parmi les objets les plus extrêmes de l’Univers. Comme leur nom l’indique, ils ne sont pas visibles mais leurs effets, eux, sont bien perceptibles ! La gravité d’un trou noir est si forte que rien ne peut s’en échapper, pas même la lumière. On appelle « horizon du trou noir » cette limite à partir de laquelle plus rien ne peut en sortir. Imaginé dès la fin du XVIIIe siècle par les scientifiques John Michell et Pierre-Simon de Laplace, le concept de trou noir prend corps en 1915 avec les lois physiques de la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein. Jusque dans les années 60-70, les trous noirs sont restés des objets théoriques. Mais ils ont finalement pu être étudiés via l’attraction qu’ils exercent sur les astres environnants et qui révèle leur existence.

On connaît aujourd’hui deux grands types de trous noirs : ceux qui occupent le centre des galaxies (dont la nôtre, la Voie lactée) et ceux qui résultent de la fin de vie d’une étoile. Les trous noirs galactiques sont qualifiés de « supermassifs » car ils peuvent atteindre des masses très élevées (jusqu’à plusieurs milliards de fois celle du Soleil). Les trous noirs stellaires (jusqu’à quelques dizaines de fois la masse du Soleil) sont le destin des étoiles les plus massives. À leur mort, celles-ci explosent, un phénomène connu sous le nom de supernova, et leur coeur finit en trou noir. Tout récemment, une autre catégorie de trous noirs a fait son apparition : les trous noirs de masse intermédiaire.


Retour en haut