SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

En bref

Si le régime paléolithique est à la mode, il n’était peut-être pas aussi simple que ne l’imaginent les diététiciens contemporains. En effet, en étudiant une pierre usée trouvée dans la grotte Paglicci, dans le sud de l’Italie, des chercheurs de l’université de Florence ont découvert que cette pierre avait servi de broyeur et qu’elle avait été utilisée il y a plus de 32 000 ans. 

Publiés dans la revue Pnas, les résultats de ce travail sont éloquents : les chercheurs ont identifié jusqu’à 250 résidus d’amidon par centimètre carré, qui correspondent principalement à de l’avoine sauvage (aussi appelée avoine barbue). Cette avoine a très certainement été réduite en farine grossière après torréfaction des grains, avant d'être mélangée à de l’eau pour fabriquer des bouillies ou des galettes. Le même broyeur aurait aussi servi à écraser des glands et une variété sauvage de millet. Une étude qui démontre pour la première fois que le régime de nos lointains ancêtres était beaucoup plus varié...

En savoir plus

Décidément, l’impression 3D est une technique d’avenir. Un de ses récents perfectionnements nous vient du MIT, dont l'un des laboratoires, le Glass Lab, a mis au point une technique permettant de fabriquer des objets transparents avec du verre en fusion. Pour fondre du verre, il faut dépasser des températures de 1000 °C, et c’est là que se situe la difficulté. Le laboratoire a conçu une imprimante spéciale en aluminium montée sur une armature d’acier. Cette imprimante comporte deux chambres. La première chauffe le verre à 1037 °C, ce qui le rend liquide. La partie inférieure de l’imprimante comporte une buse en céramique qui canalise le verre fondu et le dépose en couches successives selon des formes définies par programmation de la machine. La matière est déposée sur un plateau où elle durcit en se refroidissant. Ce procédé permet de réaliser différentes couches de verre avec une grande aisance et sans le fragiliser. Alliant à la fois technologie moderne et connaissance millénaire du verre, cette nouvelle technique devrait avoir de nombreuses applications.

...

En savoir plus

Un article scientifique au titre court est davantage cité. C’est la conclusion d’une étude anglaise conduite sur 140 000 publications de 2007 à 2013. La revue Nature estime pourtant que ce lien de cause à effet est ténu. En effet, certains journaux comme Science imposent une limite à la taille des titres. En outre, si le journal est connu, l’article sera plus cité. Enfin, l'étude n'effectue aucune distinction entre les domaines scientifiques, certains favorisant des titres plus longs, ou encore la réputation scientifique des auteurs. Des études précédentes étaient même arrivées à la conclusion inverse sur les liens entre longueur des titres et nombre de citations des articles. Finalement, si le titre « L’avantage de titres courts » était concis, il eût mérité d’être plus précis.

En savoir plus

La sonde américaine New Horizons poursuit sa mission déjà longue. Lancée depuis la Terre en janvier 2006, elle a voyagé pendant plus de neuf ans avant de survoler, en juillet dernier, les paysages de la planète naine Pluton et de ses satellites. Pluton s’est révélé être un astre complexe aux paysages variés, avec de grandes zones lisses et d’autres très montagneuses. Le 31 août, la Nasa a annoncé que la sonde irait observer un petit astre récemment découvert, qui porte le joli nom de 2014 MU 69, un des nombreux petits corps qui forment la ceinture de Kuiper. À la vitesse de près de 14 kilomètres par seconde, elle devrait y parvenir le 1er janvier 2019. Après 2014 MU L9, News Horizons devrait disposer d'encore assez de carburant pour explorer un autre de ces petits corps. On pense qu’il s’agit d’objets primitifs et très froids, n’ayant guère évolué depuis la formation du Système solaire : de véritables fossiles, qui pourraient aider à comprendre la formation de notre système...

En savoir plus

L’osmium est un métal gris bleuté et brillant, pratiquement aussi incompressible que le diamant. Pour en étudier la structure, une équipe internationale a créé la plus haute pression statique jamais enregistrée en laboratoire : 770 gigapascals, soit deux fois la pression au cœur de la Terre. Elle dépasse ainsi son propre record de 130 GPa, grâce à une cellule à enclumes de diamant à deux étages. Contrairement à ce qui était attendu, l’osmium ne change pas sa structure cristalline même à cette pression, mais les électrons de ses atomes deviennent si proches qu’ils interagissent. Un résultat qui pourrait notamment éclairer les conditions extrêmes au sein des planètes gazeuses géantes.

En savoir plus

Des chercheurs chinois et américains ont amélioré la résolution spatiale et la vitesse d’une technique d’imagerie appelée « microscopie à illumination structurée ». Habituellement deux fois plus précise que les meilleurs microscopes utilisant simplement la lumière classique, cette méthode utilise de plus une faible luminosité, ce qui permet de préserver les tissus plus longtemps. Elle atteint désormais une résolution de 62 nanomètres : assez pour illustrer la dynamique des protéines et autres processus biologiques dans un tissu vivant.

En savoir plus

Ce n’est qu’un modeste morceau de l'auriculaire de la main gauche, mais il prouve que des traits modernes sont apparus très tôt chez les ancêtres de l’Homme, les hominines, cette sous-famille de primates à laquelle appartient le genre Homo. Cette main de type moderne était moins adaptée à la vie dans les arbres, mais simplifiait l’utilisation d’outils, et aurait appartenu à un genre non identifié, proche de Homo erectus. Un hominine pourvu d'une main similaire aux êtres humains modernes a donc co-existé avec d’autres ancêtres aux mains plus arboricoles, dont Homo habilis, dans les gorges d’Olduvai, en Tanzanie, il y a plus de 1,84 million d’années.

En savoir plus

Le vaccin VSV-EBOV contre Ebola se révèle très prometteur. Fin juillet, la campagne de tests sur l'Homme menée en Guinée a montré une efficacité à 100 % au cours des dix jours suivant son administration. Avec des tests sur des primates, une autre étude montre également une protection complète si le vaccin est injecté en une seule dose jusqu’à sept jours avant contamination et partielle jusqu’à trois jours avant. Il aura fallu moins d’un an pour parvenir à un vaccin si efficace, contre une dizaine d’années habituellement.

En savoir plus

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune dont l’origine est mal connue. Une équipe suédoise vient de mettre en évidence le rôle d’un manque de protéines IL-35 dans la destruction des cellules productrices d’insuline par le système immunitaire. Un traitement à base d’injections de IL-35 stabiliserait la glycémie de souris diabétiques de façon permanente et rétablirait la tolérance immunitaire des cellules visées. Une nouvelle piste de traitement, voire de remède, pour les 25 millions de diabétiques de ce type dans le monde.

En savoir plus

En s’inspirant des araignées d’eau et des puces, une équipe coréenne et américaine a mis au point un robot capable de sauter sur l’eau jusqu'à une hauteur de 14,2 centimètres, c'est-à-dire aussi bien et parfois même mieux que sur une surface solide ! Cela, grâce à un double mouvement de balayage et de rotation des pattes, qui lui évite de percer la surface de l’eau et donc de couler.

En savoir plus
Retour en haut