SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

En bref

Tué de la main de l’homme, il montrerait que les êtres humains étaient présents dans la région plus tôt que prévu.

En savoir plus

Ce patient, âgé de 58 ans, est celui qui a vécu le moins longtemps avec le cœur artificiel.

En savoir plus

Le ratio bactéries/cellules humaines s’approcherait de 1,3/1 et non de 10/1.

En savoir plus

Le 14 janvier 2016, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonçait la fin de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Depuis 42 jours, en effet – soit deux fois la période d’incubation de 21 jours – aucune nouvelle contamination n’avait fait son apparition au Liberia. L’organisation rappelait cependant que « le travail n’était pas terminé », des rémanences étant toujours possibles. Une prudence justifiée puisque le lendemain de cette annonce, un nouveau cas a pu être confirmé en Sierra Leone. Depuis son apparition en décembre 2013, Ebola a tué 11 315 personnes sur 28 637 personnes infectées. 

En savoir plus

Une nouvelle technique permet de photographier des protéines isolées.

En savoir plus

C’est un point de vue inhabituel que nous offre la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) qui gravite en orbite autour de la Lune depuis 2009. Le 12 octobre dernier, à 134 kilomètres au-dessus de la surface lunaire (dans la région du cratère Compton (face cachée de la Lune) la sonde américaine a pu immortaliser la Terre posée sur l’horizon lunaire. Pour autant, il ne s’agit pas d’un lever de Terre au sens strict du terme. Notre satellite présentant toujours la même face par rapport à notre planète, la Terre est toujours fixe dans le ciel lunaire. L’image, livrée par la Nasa fin décembre, a été réalisée à partir de clichés pris par une caméra noire et blanc haute résolution (Narrow Angle Camera) combinés à ceux d’une caméra couleur à basse résolution (Wide Angle Camera).

En savoir plus

Depuis 2000, de nombreuses images envoyées par les caméras embarquées sur des satellites en orbite autour de la planète Mars alimentent l’imagination des chercheurs. La présence de ravines et de chenaux a suggéré pendant un temps la possibilité d’écoulements d’eau liquide sur la Planète rouge et par conséquent des lieux propices à la vie dans un passé proche. Mais cette hypothèse vient d’être remise en question par de récents clichés de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA montrant de nouveaux chenaux formés lors des saisons froides. À ces températures extrêmement basses, il est impossible que l’eau, même salée, puisse s’y écouler sous forme liquide. Mais une nouvelle hypothèse, publiée dans le Nature Geoscience du 21 décembre, vient d’être proposée grâce au travail d’une équipe de chercheurs du CNRS. Ils montrent, au moyen d’un simulateur numérique, que sous la glace de CO2 chauffée par le Soleil à la fin de l’hiver, d’intenses mouvements de gaz peuvent déstabiliser et...

En savoir plus

C’est une page qui se tourne pour l’agence spatiale russe Roscosmos. Wladimir Poutine, président de la Russie, l’a dissoute sans surprise le 31 décembre 2015. Cette fin, annoncée depuis plusieurs mois, est le résultat de nombreux scandales, soupçons de corruptions, ratages qui avait entaché la réputation de Roscosmos. Mais les Russes ne sont pas prêts pour autant à abandonner la conquête de l’espace. La création d’une nouvelle agence prendra le relais leur permettant ainsi de rebondir. Toujours gérée et financée par l’État, elle sera cependant semi-indépendante. Ce nouveau mode de fonctionnement lui permettra de rivaliser plus facilement avec les sociétés privées américaines comme la fameuse Space X, et de proposer des vols commerciaux dans l’espace.

En savoir plus

Le projet LS3 (Legged Squad Support System) est abandonné par le laboratoire scientifique de l‘armée américaine (DARPA) après cinq ans d’expérimentation. Conçu par Boston Dynamics, une société rachetée par Google en 2013, ce robot d’assaut était destiné à soutenir les soldats américains en cas de missions délicates. Agile et capable de porter jusqu’à plus de 180 kilogrammes, il n’a cependant pas convaincu lors des tests sur le terrain : trop bruyant et difficilement réparable en cas de panne, il pourrait mettre en danger la vie des soldats.

<iframe src="https://www.youtube.com/embed/40gECrmuCaU?rel=0" frameborder="0" height="405" width="720"></iframe>

En savoir plus
Retour en haut